Connexion

logomamediateque2

Médiathèque départementale des Deux-Sèvres

Catalogue

Retrouvez ici notre catalogue. Il vous permet de consulter l'ensemble des collections de la MDDS. Le service de réservations est à la disposition du réseau des bibliothèques des Deux-Sèvres. Si vous êtes adhérents d'une bibliothèque et qu'un titre vous intéresse, rapprochez vous de votre bibliothèque qui en fera la demande auprès de la MDDS.

Pour faciliter la recherche dans son catalogue, la MDDS met à votre dispostion des listes thématiques par fonds, par genre, par support ....

Nicolas de Staël : la peinture à l’état pur

6 thèmes | 18 oeuvres
« Merci de m’avoir écarté du gang de l’abstraction avant » dit Nicolas de Staël, en 1950, à Bernard Dorival, conservateur du Musée National d’Art Moderne. Il détournait ainsi l’actualité du « gang des tractions avant » pour annoncer qu’il considérait la peinture de Pierre Soulages et de Georges Matthieu comme « nulle et non avenue » selon Laurent Greilsamer, l’un de ses biographes. Nicolas de Staël a inventé une voie entre l’abstraction et la figuration : la peinture à l’état pur. 2014, année du centenaire de sa naissance, une exposition lui est consacrée au Havre. Ce parcours vous propose de découvrir l’artiste, à travers ses amis, le port du Havre, le sud de la France, la musique... et le foot.

Bande son

La peinture de Nicolas de Staël est très rythmée. Inspiré par la musique contemporaine qu’il découvre dans des concerts organisés au théâtre Marigny en 1953, le peintre, à la même époque, se passionne également pour le jazz qui lui inspirera "Les Musiciens". C’est un tableau contemporain du Havre que nous montre Kaurismäki dans son film avec la présence toute symbolique de Roberto Piazza aka Little Bob (Story), groupe fétiche du rock havrais.

Le Havre

Un jeune Africain débarque clandestinement d'un conteneur dans le port du Havre mais, heureux hasard, il rencontre Marcel Marx, cireur de chaussures et poète. Le film d'Aki Kaurismäki, présenté à Cannes en 2011, obtint le prix Louis-Delluc la même année. L’esprit de résistance des personnages les rapprochent de l’univers où a évolué Nicolas de Staël. Figure célèbre du rock havrais, Roberto Piazza alias Little Bob (Story), joue son propre rôle dans lequel on entend deux de ses chansons.

Dvd Fiction
LE HAVRE
Auteur: Kaurismäki, Aki (1957-....)
Edition: Pyramide Vidéo

Best of

Nicolas de Staël aimait le jazz de Sydney Bechet, pour lequel il composa "Les Musiciens". Sydney Bechet (1897-1959)  fut un clarinettiste exceptionnel, repéré rapidement par Duke Ellington qui, plus tard, le débarqua de sa formation pour avoir zappé trois concerts... Considéré comme le symbole du jazz Nouvelle Orléans avec sa reprise légendaire de "Summertime", Sydney Bechet vécut en France à partir des années 50. Il composa des tubes mondiaux comme "Petite fleur", "Les oignons", ou "Dans les rues d’Antibes" dont l’air enjoué aurait sûrement remonté le moral de Nicolas de Staël, mais on ne refait pas l’histoire...

Sérénade - Variations de Schoenberg

"La Sérénade pour sept instruments et une voix masculine grave" d’Arnold Schoenberg a inspiré à Nicolas de Staël son dernier tableau "Le concert", conservé au musée d’Antibes. Le tableau reste inachevé car l'artiste se suicide le 16 mars 1955 en se jetant par la fenêtre. En déclarant que « si c’est de l’art, ce n’est pas pour tout le monde », Schoenberg impose une distance entre l'oeuvre  et son public, ce qui n’est pas le cas de la peinture de Nicolas de Staël dont l’intensité illumine tout le monde...

L’artiste vertigineux

Quelle trajectoire ! Car si le prince Nicolas de Staël se suicide en 1955, à la différence de Van Gogh, il connut le succès de son vivant. Regardons ses peintures comme nous y invite le petit livre de Jean-Louis Andral, peintures qui furent les seules témoins de l’intimité que Nicolas de Staël entretenait avec son travail qui le poussa à monter très haut. Trop haut ? On sait depuis Icare et Prométhée qu’on risque gros à défier les dieux.

Ciels, terres, mers

Jean-Louis Andral est le conservateur du musée Picasso à Antibes où se trouve une somptueuse collection de peintures de Nicolas de Staël, dont "Le concert", sa dernière œuvre inachevée. Ce petit livre est une invitation à regarder l’espace pictural de Nicolas de Staël. Des citations de l’artiste sont mises en regard des reproductions et celle-ci ouvre le livre «  L’espace pictural est un mur mais tous les oiseaux du monde y volent librement ». C’est pourtant simple !

Le Prince foudroyé

Après avoir quitté la Russie dans des conditions dramatiques, Nicolas de Staël étudie la peinture à Bruxelles dans l’atelier de Geo de Vlamynck qui repère vite son talent ; il voyage en Espagne et au Maroc où il rencontre Jeannine Teslar. Plus tard, René Char, Georges Braque, lui offriront leur amitié. Mais sa relation essentielle, il l’aura avec sa peinture, qui va le faire monter très haut, trop haut peut-être ?

Nicolas de Staël dans son atelier

Les livres de photos d’ateliers de peintres ne manquent pas, mais celui-ci est une perle car derrière le pseudo de son auteur, Antoine Tudal, se cache Antek, le fils de Jeannine que Nicolas de Staël adopta. Pendant la guerre, Tandek noircit des carnets que Pierre Reverdy va lire et faire éditer en 1945, avec des illustrations de Georges Braque et d’Alberto Magnelli dans le recueil "Soupentes".

L’épure du geste sportif

Un soir d’hiver, Nicolas de Staël va voir le match de foot France-Suède qu’il regarde en poète ivre de couleurs. Les tableaux "Les footballeurs" ne sont pas abstraits car, comme Delacroix, Nicolas de Staël compose avec son pinceau dont la fougue traduit l’essence du match. Anne Delbée montre comment une artiste loin du foot peut s'en rapprocher à travers son œuvre. Il n’y a pas que le foot dans la vie, lisons "Sur l’eau", un roman sur l’énergie d’un « deux sans barreur », qui aurait plu à Nicolas de Staël.

Art et foot

1952, au Parc des Princes, Nicolas de Staël assiste au match de football France-Suède : il est fasciné et se lance immédiatement dans la série "Footballeurs" dont les tableaux furent mal accueillis par la critique. Le livre de Mélanie Gentil en présente certains, ainsi qu’un immense baby-foot de Maurizio Catelan, un tacle d’Amour sur Psyché, le "Coup de tête" d'Adel Abdessemed, ou encore "Les footballeurs", de Niki de Saint Phalle... Derrière la tarte à la crème des rapports entre l’art et le sport, c’est l’occasion de voir qu’avec les grands artistes, le sujet importe peu. Ce qui est important, c'est leur regard, leur travail : en s’y plongeant, ils gagnent les sommets...

Livre doc
Art & foot
Auteur: Gentil, Mélanie (1979-....)
Edition: Palette

Sur l’eau

En 1939, le jeune Anton et son aîné David sont les deux coéquipiers d’un deux sans barreur ; ils s’entraînent sur l’Amstel, en Hollande. La qualité de ce roman réside dans la manière qu'à l'auteur de décrire le mouvement synchrone des deux rameurs, et les sensations que la proximité de l’eau procure au plus jeune. Le rapport avec Staël ? Les deux artistes sont à la fois le bateau et les rameurs, l’équipe de football et la pelouse ; ils sont le rythme même. Mais Nicolas de Staël n’a jamais ramé...

Livre Fiction
Sur l'eau
Auteur: Brink, Hans Maarten van den (1956-....)
Edition: Gallimard
Collection: Du monde entier

La 107e minute

A la 107e minute de la finale de la coupe du monde de football, le 9 juillet 2006, à l'Olympiastadion de Berlin, Zidane met un coup de boule à Materazzi : carton rouge, il est expulsé du terrain, et sa carrière s’achève. Et c’est là que commence le livre d’Anne Delbée, écrivain et metteuse en scène de théâtre, qui se laisse pénétrer par la tension dramatique que vivait le joueur devenu une icône. Nicolas de Staël s’était laissé envahir par les figures et les couleurs qu’il avait vues au Parc des Princes et qui donnèrent la matière à la série "Footballeurs".

Le premier cercle

Dans l’intimité de Nicolas de Staël, il y a Jeannine sa première femme, la mère d’Antek. Ensuite, il y a Georges Braque rencontré en 1945 qui illustre "Soupentes" le recueil des poèmes d’Antek. Puis arrive René Char qui le considère, en 1951, comme un peintre reconnu, à côté de Picasso, Matisse, et de Braque. Nicolas de Staël a eu aussi le soutien de nombreux galeristes et critiques d’art. Bref, il était aussi entouré que peut l’être un génie qui, par définition, reste seul.

Fureur et mystère

Yves Berger prévient dans le texte de présentation de ce recueil que la poésie de René Char n’est pas d'accès facile... Résistant sous le nom de Capitaine Alexandre, René Char écrit en 1943-1944 "Feuillets d’Hypnos", un recueil de 237 courts poèmes, dont le n°139 : « C’est l’enthousiasme qui soulève le poids des années. C’est la supercherie qui relate la fatigue du siècle ». Nicolas de Staël, poussé par son enthousiasme, réalisa les gravures sur bois que lui inspira "Le poème pulvérisé", tiré de "Fureur et mystère".

Livre doc
Fureur et mystère
Auteur: Char, René (1907-1988)
Edition: Gallimard
Collection: Poésie

Georges Braque

« Ce qui m’a toujours sauvé, c’est que je n’ai jamais su ce que je voulais » a dit Georges Braque qui fut pourtant aux origines du cubisme avec Picasso. En 1951, Nicolas de Staël alla voir Braque et résuma sa visite dans une lettre qu'il envoya à René Char : « Vu Braque, dimanche à Varengeville. Il a bien travaillé cet été, je crois. Sans exagération, son atelier sent la bataille à pleins poumons, malgré tout le montage de bricoles savantes ». Sans exagération, ce sont là des géants !

Lettres de Nicolas de Staël

Ces lettres nous font entrer dans le cercle de ses proches. Ses parents adoptifs, les Fricero, Madame Guillou, la mère de Jeannine (sa première femme), Françoise, sa seconde femme, René Char, Georges Braque, ou encore Ted Schempp, son premier marchand américain, qui stockait ses œuvres dans le coffre de sa voiture. « Les lettres, c’est Staël à l’état pur... dans ses conflits, ses professions de foi, ses violences, ses hésitations... » a dit André Chastel, célèbre historien d’art, proche de l’artiste.

Les ports sans angoisse

Nicolas de Staël a souvent peint les rivages du sud mais aussi les ports du nord de la France comme Le Havre, Honfleur ou Dieppe. Les ports qui accueillent des porte-conteneurs appellent le cinéma, car si les conteneurs livrent les super marchés dont la poésie a déserté les rayons, les portes conteneurs délivrent leur poésie titanesque ; les regarder c’est les adopter.

38 témoins

"38 témoins" est un film de Lucas Belvaux tiré du roman de Didier Decoin "Est-ce ainsi que les femmes meurent ?" L’action se déroule au Havre, entre les conteneurs et les immeubles tout en angles droits signés par l’architecte Auguste Perret. Le personnage principal, un pilote de  porte-conteneurs, est enfermé dans un terrible silence dont il décide finalement de sortir. Si les empilements multicolores de conteneurs, qui parfois bouchent les perspectives, rappellent les formes rectangulaires des toiles du peintre, celles-ci, au contraire, ouvrent sur des espaces infinis.

Dvd Fiction
38 témoins
Auteur: Belvaux, Lucas (1961-....)
Edition: Diaphana Films

Le Havre

Un jeune Africain débarque clandestinement d'un conteneur dans le port du Havre mais, heureux hasard, il rencontre Marcel Marx, cireur de chaussures et poète. Le film d'Aki Kaurismäki, présenté à Cannes en 2011, obtint le prix Louis-Delluc la même année. L’esprit de résistance des personnages les rapprochent de l’univers où a évolué Nicolas de Staël. Figure célèbre du rock havrais, Roberto Piazza alias Little Bob (Story), joue son propre rôle dans lequel on entend deux de ses chansons.

Dvd Fiction
LE HAVRE
Auteur: Kaurismäki, Aki (1957-....)
Edition: Pyramide Vidéo

Le tour du monde en porte-conteneurs

Artiste d’origine australienne, Emmelene Landon a beaucoup voyagé. Son atelier de peinture donnait sur le port de Cherbourg : ce fut le déclic pour un voyage en 2001 à bord d’un porte-conteneur. Dans son livre, elle parle de la vie à bord faite essentiellement de silences et d’ennui, rythmée par les rares conversations des hommes sur les voitures... pour prolonger cette lecture, regardez la très belle vidéo réalisée par un jeune matelot au cours d'un voyage de six mois, de New-York à San Francisco, sur un porte-conteneur.

Voyages

« Voyager c’est bien utile, ça fait travailler l’imagination. Tout le reste n’est que déception et fatigue. Notre voyage à nous est entièrement imaginaire...» écrit Louis Ferdinand Céline en avant propos de "Voyage au bout de la nuit". Voici trois options de voyages : la peinture de Nicolas de Staël, les vers de René Char, ou les porte-conteneurs. Nicolas de Staël était lui-même un voyageur, d’abord contraint, très jeune, pour fuir la révolution russe. Il découvre ensuite la Belgique, où il se forme, puis le Maroc et la Sicile. Sa peinture est faite d’allers-retours entre le nord et le sud, jusqu’à ce que, regardant le sud on ait l’impression de voir le nord.

Fureur et mystère

Yves Berger prévient dans le texte de présentation de ce recueil que la poésie de René Char n’est pas d'accès facile... Résistant sous le nom de Capitaine Alexandre, René Char écrit en 1943-1944 "Feuillets d’Hypnos", un recueil de 237 courts poèmes, dont le n°139 : « C’est l’enthousiasme qui soulève le poids des années. C’est la supercherie qui relate la fatigue du siècle ». Nicolas de Staël, poussé par son enthousiasme, réalisa les gravures sur bois que lui inspira "Le poème pulvérisé", tiré de "Fureur et mystère".

Livre doc
Fureur et mystère
Auteur: Char, René (1907-1988)
Edition: Gallimard
Collection: Poésie

Le tour du monde en porte-conteneurs

Artiste d’origine australienne, Emmelene Landon a beaucoup voyagé. Son atelier de peinture donnait sur le port de Cherbourg : ce fut le déclic pour un voyage en 2001 à bord d’un porte-conteneur. Dans son livre, elle parle de la vie à bord faite essentiellement de silences et d’ennui, rythmée par les rares conversations des hommes sur les voitures... pour prolonger cette lecture, regardez la très belle vidéo réalisée par un jeune matelot au cours d'un voyage de six mois, de New-York à San Francisco, sur un porte-conteneur.

Nicolas de Staël Lumière du nord, lumière du sud

Jusqu’au 7 novembre 2014, l’exposition "Lumière du nord, lumière du sud" permet de voir que, même si cela ne saute pas aux yeux au premier regard, Nicolas de Staël n’est pas un peintre abstrait. Avec lui, ne nous contentons pas des premiers regards. Nicolas de Staël est un inventeur d’espaces dans lesquels nous trouvons les chemins de paysages imaginaires où nous nous promenons à notre aise. A la fin du parcours, "Fort carré d’Antibes", peint dans des teintes qui évoquent la Normandie, montre que Nicolas de Staël, comme Van Gogh, fondait les points cardinaux en une géographie poétique. Sublime ! Lien vers l'exposition

logo departement

Notre newsletter

MDDS - Médiathèque des Deux-Sèvres

298, Route de Coulonges

79000 Niort

Tél. : 05 49 26 28 20

 

28, rue des Epinettes

79100 Thouars

Tél : 05 49 66 09 60