preference systeme

Que lègueront-nous à nos enfants ?

Ugo Bienvenu
imagine un monde où la mémoire numérique sature et où la culture disparait par manque de place.
Succédant à Moi ce que j'aime c'est les monstres, Préférence système, dystopie réaliste aux résonances actuelles qui fait froid dans le dos, est sacré Grand Prix 2020 de l’ACBD.

Dans un futur proche, il est devenu impossible de stocker tous les datas produits quotidiennement par les humains. Pour remédier à ce problème, des agents sont chargés de supprimer ce qui n’est plus nécessaire, c’est-à-dire ce qui ne fait plus d’audience. L’agent Yves ne peut se résoudre à détruire certains livres, films, chansons ou poèmes, qu’il sauvegarde clandestinement pour les protéger de l’oubli. Il les stocke dans la mémoire de Mikki, son robot domestique.

Avec une esthétique rétro pop art, très froide, en parfaite adéquation avec l’histoire, Ugo Bienvenu réalise un album qui porte réflexion sur la mémoire et la transmission, tout en étant une ode à la création artistique et un thriller qui nous tient en haleine jusqu’à la fin. Quels critères peuvent définir ce qui doit être préservé ou détruit ? Que lègue-t-on aux générations futures ?
Captivant, inquiétant et pertinent, l’album provoque aussi l’émotion.

Voir une planche