filles des oiseauxUne jeunesse au cœur des années 60.

Piochant dans ses souvenirs de collégienne au pensionnat des Oiseaux, établissement catholique pour jeunes filles, Florence Cestac nous livre un récit plus ou moins autobiographique, à son image : drôle, tendre et plein d’impertinence.
Filles des oiseaux, c’est aussi le témoignage d'une époque rigide, les années 60 avec en ligne de mire mai 68 et la cause féministe.

Fille de paysan, Thérèse demande à intégrer un pensionnat pour échapper à l’ambiance familiale plombée entre un père agressif porté sur la bouteille et une mère qui ne dit rien. Elle y rencontre la très délurée Marie-Colombe, issue d’une famille très aisée vivant à Neuilly. Elles deviennent amies et multiplient pitreries et impertinences pour oublier les nombreuses prières, l’ambiance ennuyeuse et étriquée de ce pensionnant où elles doivent apprendre à devenir des femmes au foyer modèles : couturières, cuisinières, bonnes épouses et bonnes mères. Alors qu’elles n’ont qu’une envie : croquer la vie à pleines dents !

Avec son dessin reconnaissable aux personnages à gros nez, Cestac croque avec délice ces deux adolescentes avides de liberté, et les tons sépia imitant des photos fanées évoquent parfaitement la France rigide et patriarcale du Général. Un premier tome truculent.

Voir une planche