Tags : BD | Policier

mort aux vachesDu rififi chez les bouseux

Quatre truands vont se mettre au vert à la campagne après un braquage, campagne qui n’est pas aussi paisible que l’on ne croit...
Avec Mort aux vaches, Aurélien Ducoucray et François Ravard proposent un polar joyeux et décapant digne des films de barbouzes, avec son ambiance, ses personnages et ses dialogues hauts en couleurs, mais basé dans les années 90. Le dessin de Ravard y fait merveille !

Deux gays, Ferrand et José, rêvent d’un dernier coup avant de tirer leur révérence. Après le braquage, ils vont se cacher avec leurs complices en pleine cambrousse. Mais entre leurs caractères explosifs et une maréchaussée aux aguets à cause de la crise de la vache folle, pas facile de passer inaperçus...

La galerie de portraits est savoureuse : un duo de vieux homos attachants, un gros musclé un peu simple, une braqueuse sexy et allumeuse, des ploucs aux rancœurs tenaces et des gendarmes pas si loin de ceux de Saint-Tropez. On se régale des scènes surréalistes qui fleurent le rural profond, une moissonneuse-batteuse qui tousse, la crise de la vache folle, les inséminations génétiques, en passant par les réseaux matrimoniaux roumains...

Ajoutez à cela des réparties jouissives à la manière d’Audiard, mais ancrées dans notre époque, des rebondissements inattendus, des décors soignés, un beau noir et blanc et un trait très expressif, et vous obtenez un polar rural truculent et très réussi !

Voir une planche