Tags : Roman

dimanche des meres24 heures de la vie d'une jeune femme.

Avec Le dimanche des mères, Graham Swift nous fait pénétrer dans l'univers feutré des manoirs anglais du début des années 20. C'est Jane, une toute jeune domestique, qui sera notre guide dans ce monde en déliquescence.

Le dimanche des mères est un vestige de l'Angleterre victorienne. Ce jour-là, on offrait une journée de congé au personnel de maison et les bonnes allaient rendre visite à leur mère. Mais pour Jane qui est orpheline, pas de visite familiale. Par contre, elle a un amant, l'héritier de la propriété voisine. Elle a rendez-vous avec lui en ce jour de liberté. Un dernier rendez-vous amoureux dans le manoir déserté puisque son amant, qui ne lui a rien promis, va épouser une jeune héritère.

L'essentiel du récit se concentre sur cette seule journée. Racontée comme un flash-back, Jane a maintenant 70 ans, l'histoire montre comment certains instants, certains événements boulversent une vie et peuvent en changer le cours. Jane a eu la chance de devenir femme de chambre dans un manoir où on lui a appris à lire et ou on lui a ouvert la porte de la bibliothèque. Cette connaissance, cette ouverture au monde et aux idées, lui permet d'analyser les événements de son dimanche des mères et surtout de vivre pleinement ces instants.

Le récit est très sensuel. L'écriture très fine et sensible, porte une grande attention à la lumière, mais aussi à tous les sens. On prend le temps de s'arrêter sur chaque détail. La lenteur du récit est à l'unisson du désir de la jeune femme de profiter pleinement de cette journée et de graver en elle tous les détails qui la composent : des instants vécus, mais aussi fantasmés tout au long des 70 années de sa vie.

Avec Le dimanche des mères, Graham Swift raconte la fin d'un monde qui ne se rélève pas des séquelles de la 1ère guerre mondiale mais aussi l'émergence de nouveaux choix de vie qui se construisent en alliant le savoir et la liberté.