Connexion

logomamediateque2

Médiathèque départementale des Deux-Sèvres

Murat l'Auvergnat

5 thèmes | 17 oeuvres
Le très sérieux journal Le Monde écrit : « "S'il fallait trouver un équivalent hexagonal aux maîtres de la country, du rock ou du folk nord-américains que sont Neil Young, Bob Dylan ou Leonard Cohen, ce serait lui. En trente ans de carrière, le chanteur auvergnat a su s'approprier les idiomes musicaux d'outre-Atlantique, les ancrer dans la langue et la terre de France, et les habiter d'une sensualité vocale sans équivalent" ». On ne saurait mieux dire. Hyper-productif, boulimique, Jean-Louis Murat, 62 ans, sort ces jours-ci un nouvel album studio, le vingtième de sa carrière : le double Babel, enregistré avec l'ensemble clermontois, The Delano Orchestra.

Les femmes

Avec l’Auvergne, sa terre natale, et le sens du sacré, les femmes sont la principale source d’inspiration de ce grand séducteur aux yeux bleus, qui a fait un peu de cinéma et qui serait parfait dans le rôle de L’Amant de Lady Chatterley. Son premier succès radiophonique, "Si je devais manquer de toi", il y a tout juste trente ans, en faisant rimer « "les bords de Loire au coin du jour" » avec « "l’amour" » donnait le « "la" » référentiel de nombreuses de ses chansons : une femme comme un paysage, un paysage comme une femme.

La vengeance d’une femme

En 1990, Jean-Louis Murat obtient son premier grand rôle au cinéma auprès de Béatrice Dalle et Isabelle Huppert. Dix ans plus tard, il demandera à la belle rousse d’incarner Madame Deshoulières, cette poétesse du XVIIIème siècle restée sans postérité mais dont il a trouvé les œuvres sur le marché de Clermont-Ferrand, sur le disque baroque du même nom. Murat sera à l’origine d’un autre long-métrage, "Mademoiselle Personne", de Pascale Bailly, dont il compose la B.O. et dans lequel il joue aux côtés de Romain Duris et d’Elodie Bouchez. Ce film ne sera jamais distribué.

L'Autre

En 1991, Jean-Louis stupéfie et déstabilise ses fans hardcore en chantant en duo avec la très populaire Mylène Farmer. Quand certains parlent de compromission, lui préfère invoquer l’élargissement de son public, puisque cette chanson, "Regrets", se vendra à 300 000 exemplaires et se classera 3ème au Top 50. De toute évidence, à cette époque, Murat taquine l’idée d’être un chanteur populaire. Une idée qu’il abandonnera au tournant du siècle pour devenir un artiste à la fois plus productif, plus libre.

Bleed Your Cedar

Jennifer Charles, la chanteuse du groupe américain Elysean Fields, fondé en 1995 à New York, a plusieurs fois collaboré avec Murat. Une première fois, sur l’album "Mustango", puis sur l’album concept "A Bird On A Poire", titre inspiré par la chanson "A Bird On A Wire" de Leonard Cohen. Composées et arrangées par Fred Jimenez (ex-bassiste des AS Dragon), toutes les chansons sont interprétées en duo par Jennifer et Jean-Louis.

  CD
Bleed your cedar
Auteur: Elysian Fields
Edition: Radioactive

Madame Deshoulières

Au printemps 2001, Murat sort cet album déroutant où il met en musique une poétesse oubliée du XVIIIème siècle, sorte de Louise Labé passée à la trappe, dont il a acheté un volume sur le marché de Clermont-Ferrand. Isabelle Huppert, pas chanteuse pour deux sous, incarne le personnage à ses côtés. Disque étrange, mais qui montre tout l’attachement de Murat à la poésie.

Ménestrel, troubadour, poète

Par son chant, son écriture, Murat s’inscrit naturellement (un adverbe qui lui va bien) dans la lignée des ménestrels, des troubadours. L’idée de poésie est omniprésente dans son œuvre. En 2001, il trouve sur le marché de Clermont-Ferrand les œuvres complètes d’une poétesse oubliée du XVIIIème siècle, Madame Deshoulières, et en fait un disque avec Isabelle Huppert. La même année, il met en musique une poétesse inconnue de Marseille, Isabelle Le Doeuff. Et surtout l’album, "1829" où il met en musique le chansonnier Pierre-Jean de Béranger, découvert en lisant la correspondance de Pouchkine.

Chanson pour l’Auvergnat

S’il faut remonter aux origines de cet art français que Jean-Louis Murat perpétue mutatis mutandis, on tombera alors sur Georges Brassens, premier auteur-compositeur-interprète armé d’une guitare, sorte de Woody Guthrie qui lui aussi aurait pu écrire sur son instrument : « This machine kills fascists ».

Madame Deshoulières

Au printemps 2001, Murat sort cet album déroutant où il met en musique une poétesse oubliée du XVIIIème siècle, sorte de Louise Labé passée à la trappe, dont il a acheté un volume sur le marché de Clermont-Ferrand. Isabelle Huppert, pas chanteuse pour deux sous, incarne le personnage à ses côtés. Disque étrange, mais qui montre tout l’attachement de Murat à la poésie.

Béranger, des chansons pour un peuple citoyen

Murat aurait découvert ce chansonnier prolifique du XIXème siècle en lisant la correspondance de Pouchkine. Il adaptera trois de ses chansons sur l’album Moscou, avant de lui consacrer un album entier, 1829. De Béranger, Chateaubriand disait qu’il était « "l’un des plus grands poètes que la France ait jamais produits" ». Et Goethe ajoutait : « "Béranger est le génie bienfaisant du siècle" ».

Moderniser la tradition

Comment acclimater la langue de Molière à ce rock et à cette pop qui fond sur nous depuis l’Angleterre et l’Amérique ? En trente ans de carrière, Murat va multiplier les approches : en s’offrant des écrins de luxe pour une pop précieuse, en allant enregistrer aux Etats-Unis, ou bien, au contraire, en retrouvant des méthodes artisanales pour des enregistrements épurés et bruts de décoffrage.

Rust Never Sleeps

Tempo à la fois lourd et enlevé, guitares traînantes, puissantes voire bruitistes, Neil Young, accompagné du Crazy Horse, est avec Leonard Cohen l’une des influences américaines les plus patentes de l’Auvergnat. En particulier sur l’album "Venus" enregistré en 1993.

Songs Of Love And Hate

De lui, Murat dit : « C’est le père ». Et il ajoute : « "J’aurais aimé être lui. Sa voix, son univers ont formé ma sensibilité. J’aimerais faire comme lui, chanter comme on parle" ». Sous le titre "Avalanche IV", Murat a repris la chanson "Avalanche du Canadien", sur la compilation hommage intitulée "I’m Your Fan". Ajoutons pour finir, qu’ils sont tous les deux bouddhistes.

Jordan : The Comeback

On peut aisément diviser la discographie de Murat en deux : d’une part, les disques où la guitare prédomine, à tendance folk-rock donc; d’autre part, ceux, plus pop, où les claviers (joués le plus souvent par le fidèle Denis Clavaizolle) sont majoritaires. Avant les années 2000, où la crise du disque obligera Murat à une approche plus artisanale mais aussi plus spontanée de sa musique, c’est l’idée d’une pop soyeuse, sophistiquée, qui domine chez Murat, particulièrement sur l’album "Le Manteau de pluie", où Neil Conti, le batteur de Prefab Sprout, assure un beat implacable.

Almost Blue

Contrairement à Robert Wyatt, par exemple, Costello ne fait pas partie des admirations revendiquées par Murat. Pourtant l’intense productivité de l’Elvis anglais durant les années 80 et 90, son écriture poétique ainsi que la variété de ses projets, nous invite, quant à nous, à faire de Murat, l’équivalent français de Costello.

Pop/Rock

Le style Murat c’est aussi dépasser la tradition de la chanson française en l’inscrivant dans le paysage pop/rock de son époque en choisissant différents groupes américains pour l’accompagner, ce qui lui vaudra de devenir, dans les années 90, le parrain d’une nouvelle chanson française.

Babel

Hyper-productif, boulimique, Jean-Louis Murat, 62 ans, sort ces jours-ci un nouvel album studio, le vingtième de sa carrière : le double "Babel", enregistré avec l'ensemble clermontois, The Delano Orchestra qui sonne comme le meilleur de Calexico, groupe présent sur "Mustango" sortit en 1999 qui reste un album de référence de Murat. Vingt titres totalement réussis à ranger à côté de "Mustango" ou "Dolorès" les albums de référence de l’Auvergnat.

Babel
GAM
Babel
Auteur: Murat, Jean-Louis (1952-.... ; musicien)
Edition: Pias

Le Fil

La chanteuse minimaliste avait déjà fait des chœurs sur l’album "Lilith" de Jean-Louis Murat. Elle le retrouve pour chanter plusieurs duos sur le DVD intitulé "Parfum d’acacia au jardin", sorte de documentaire sur l’enregistrement de nouvelles chansons, filmé en une journée par le réalisateur Don Kent.

  CD
Le fil
Auteur: Camille (1978-....)
Edition: Virgin

La Fossette

Dans les années 90, Murat devient le chef de file d’une « nouvelle chanson française ». Voici par exemple ce que Dominique A disait de lui dans une interview donné à Télérama : « "Vers la fin des années 80, les alternos tiraient tout vers le bas. Je me suis construit contre cet esprit simili-populo, cette foire du slip démago, sans propos musical. Du coup, Cheyenne Autumn, de Murat a été capital. Il ramenait vers une certaine poésie, des arrangements désuets... Je me suis lancé et d'autres sont apparus en même temps, Katerine, Miossec, Vanot, Boogaerts....  Godard a dit : "je ne peux pas faire de bons films si d'autres n'en font pas." Moi, c'est pareil avec les disques..." »

S’inscrire dans une tradition

Tout l’art de Jean-Louis Murat résulte d’une tension d’équilibriste : d’une part, s’inscrire dans la tradition de la grande chanson française, de Georges Brassens à Gérard Manset, en passant par Léo Ferré (à qui il rendra hommage en enregistrant "Charles et Léo" : des poèmes de Baudelaire mis en musique sur des arrangements musicaux écrits par Léo Ferré)...

Babel

Hyper-productif, boulimique, Jean-Louis Murat, 62 ans, sort ces jours-ci un nouvel album studio, le vingtième de sa carrière : le double "Babel", enregistré avec l'ensemble clermontois, The Delano Orchestra qui sonne comme le meilleur de Calexico, groupe présent sur "Mustango" sortit en 1999 qui reste un album de référence de Murat. Vingt titres totalement réussis à ranger à côté de "Mustango" ou "Dolorès" les albums de référence de l’Auvergnat.

Babel
GAM
Babel
Auteur: Murat, Jean-Louis (1952-.... ; musicien)
Edition: Pias

Matrice

Sous la plume des journalistes fatigués, cela peut vite tomber comme une sorte de couperet : Jean-Louis Murat serait « l’héritier de Gérard Manset ». Le fait est que le second a repris "Entrez dans le rêve" du premier, sur l’album "Route Manset" en 1996. Autre point commun entre les deux artistes : tous les deux s’adonnent comme des fous à la peinture.

Des troubadours à Apollinaire

Petite anthologie poétique. Un album comme "Toboggan Spécial" (2013) montre parfaitement comment Murat enjambe la tradition du troubadour, de la chanson "Amour n’est pas querelle" (« renforce-moi le cœur de couleurs immortelles ») qui convoque l’art des ménestrels, jusqu’à Passé le pont Mirabeau, allusion au poète trépané de "Zone".

logo departement

Notre newsletter

MDDS - Médiathèque des Deux-Sèvres

298, Route de Coulonges

79000 Niort

Tél. : 05 49 26 28 20

 

28, rue des Epinettes

79100 Thouars

Tél : 05 49 66 09 60