Connexion

logomamediateque2

Médiathèque départementale des Deux-Sèvres

The Sex Pistols

4 thèmes | 13 oeuvres
Après avoir avoir fait trembler les murs de Buckingham Palace avec le single "God Save the Queen", les Sex Pistols publièrent leur seul album studio, "Never Mind The Bollocks," "Here’s The Sex Pistols", le 28 octobre 1977. Si la vie du groupe fut brève, la déflagration provoquée par la sortie de cet album libéra une énergie qui fait encore vibrer le monde de la musique, mais aussi la mode, le cinéma, la littérature et les arts en général. No Future ?

Do it yourself

De même que le mouvement anti-art des dadaïstes a fini par pénétrer dans les musées comme si de rien n’était, l’art éphémère punk est entré dans les livres et dans l’histoire de l’art contemporain comme on entre dans un moulin. En 1977, le mouvement envahit simultanément tous les arts : la musique mais aussi la mode, la peinture, le graphisme. Son esthétique basée sur le principe du do-it-yourself et autour d’une certaine idée de la résistance à l’establishment révèle des artistes comme Jamie Reid, Cindy Sherman, Nan Goldin, David Lamelas, Linder, Meredith Sparks, Bazooka… 40 ans plus tard, ils sont tous régulièrement exposés aux quatre coins du monde.

Punk Press, L'histoire d'une révolution esthétique 1969-1979

Apparus sur la côte Est des Etats-Unis à la fin des années 1960, le mouvement punk traverse l’Atlantique en 1976 pour s’épanouir à Londres avant de contaminer la France. Musique bien sûr, mais aussi art, mode, idées… le mouvement punk essaime dans une quantité innombrable de fanzines édités à la sauvette dont la qualité première est une prose libre et une créativité sans entraves, à base de collages, découpages, photomontages et autres typographies artisanales. Une révolution esthétique entrée dans l’histoire de l’art du XXe siècle.

Le Festin nu

Il ne fallait pas trop se fier à son look de fossoyeur… Ou plutôt si : car Burroughs était définitivement « le plus sombre des trois anges de la "Beat Generation "». A la fin des années 1950, l’écrivain s’attire les foudres de la censure américaine en publiant ce livre où se mêlent drogue, politique, homosexualité, orgies, hallucinations, délire paranoïaque retranscrits selon la technique du cut-up dont il fut l’inventeur. Violent, délétère, dépravé, "Le Festin nu" évoque le « virus humain », la déchéance, depuis la « chambre froide » de la toxicomanie.

Exodus

Après la tentative d'assassinat à laquelle il avait échappé en décembre 1976, Bob Marley  fuit la Jamaïque pour un exil qui allait durer un an. Il se réfugia à Londres avec ses musiciens, et c’est dans la capitale britannique alors en pleine ébullition punk qu’il enregistra "Exodus", son premier album hors de Jamaïque. C’est également à Londres qu’il enregistra "Punky Reggae Party " avec Lee Scratch Perry aux manettes, le titre qui allait sceller l’union indéfectible du punk et du reggae.

La fin du rêve hippie

On l’appelait « le parrain du punk » : il faut dire que le nihilisme de William Burroughs, sa vision paranoïaque du système et son prosélytisme en matière de drogues avaient trouvé un écho favorable chez les punks, les Ramones, les New York Dolls et Joe Strummer des Clash se déclarant même largement influencés par l’univers et la technique d’écriture aléatoire de l’auteur du "Festin nu". Burroughs revendiquait lui-même volontiers la filiation et, à l’occasion du scandale déclenché par le titre "God save the Queen," il volait même au secours des Sex Pistols : "« Je suis solidaire des Sex Pistols parce que c’est une critique constructive, nécessaire d’un pays en faillite. » "Plus près de nous, en France, la fin des années 1970 et le début des années 1980 coïncident avec les derniers feux des utopies de même qu’avec une période d’intense créativité artistique.

The Filth and the Fury

"The Filth and the Fury" (L'ordure et la fureur) titrait en une le quotidien The Daily Mirror, au lendemain du passage du groupe à la télévision anglaise. Le documentaire de Jullien Temple revient sur l’histoire de ce groupe qui, en vingt-six mois, de ses débuts à Londres à sa dissolution à San Francisco, réinjecta l’urgence de la révolte dans un rock devenu si mou qu’on s’enfonçait dedans. En plus d’images d’archives, le réalisateur laisse une grande place aux interviews des principaux acteurs de cette aventure, folle et dramatique à la fois, puisque Sid Vicious, le bassiste du groupe, mourra à New York d’une overdose après avoir tué sa petite amie.

Les Chérubins électriques

Paris, 1978. Une bande de jeunes gens chics se consument pour tromper l’ennui : défonce, picole, clubbing… Pour Philippe, l’un d’entre eux, un projet émerge : monter un groupe de rock ! Répétitions, concerts, enregistrement en studio et, comme une fatalité, le reste suit : picole, défonce, clubbing… En 1983, Guillaume Serp, chanteur du groupe post-punk Modern Guy, (un seul album, produit par John Cale) sort son unique roman qui narre les dérives de fils à papa désoeuvrés, livrés à l’ennui, à la nuit et à la dope. Une chronique mélancolique sur le tournant des années 1970/1980 à Paris. Guillaume Serp mourra trois ans plus tard d’une overdose.

Un Regard Moderne

Au mitan des années 1970, le « commando graphique » Bazooka fait main basse sur la direction artistique du quotidien Libération où sa « dictature graphique » déclenche une guerre de tranchées au sein de la rédaction. Le groupuscule quitte alors le quotidien pour créer "Un Regard Moderne", éphémère revue d’actualité redessinée qui cogne sur tout ce qui bouge : de la société du spectacle à la propagande politique. Iconoclastes, ironiques, insolents, pile dans le jus d’une époque qui voyait naître le punk outre-Manche, les graphistes destroy de Bazooka ont capté l’énergie ambiante de la fin des années soixante-dix pour semer une pagaille de tous les diables. Verdict : ça vieillit merveilleusement bien.

Pionniers et compagnons de route

A la fin des années soixante et à l’orée des années soixante-dix, une cohorte de formations garage tourne le dos au Flower Power ambiant pour revenir aux sources sauvages et rebelles du rock’n’roll. C’est la première vague du punk. Le MC5, les Stooge à Détroit. Les New York Dolls, les Ramones Patti Smith Group, Blondie ou Television à New-York. L’anglais Malcom McLaren qui se trouve à New York à l’époque, considère la scène avec incrédulité. A son retour à Londres, il forme les Sex Pistols. Au même moment, Bob Marley, et avec lui toute la scène reggae anglaise, vont se joindre aux punks dans une grande « Punky Reggae Party »

Ramones

Sorte de famille recomposée façon punk-rock, les Ramones écument les clubs new-yorkais pendant deux ans avant de produire leur premier album en 1976. 14 titres d’un minimalisme presque primitif : intenses, ultra-courts (moins de 2’30) et joués à toute vitesse. Un album simple et exaltant, stupide et grandiose qui précipitera les débuts du punk anglais. « Perché, drôle, effrayant et fou » s’enthousiasme alors le gourou de la BBC, John Peel.

  CD
Ramones
Auteur: [The ]Ramones
Edition: Rhino Records

The New York Dolls

Si, à la fin des années soixante, la palme du groupe le plus sauvage revient aux Stooges d’Iggy Pop, celle du  groupe le plus politisé aux MC5, c’est aux New York Dolls que revient la palme du groupe le plus fun.  Apparu en 1971, ce combo de drag-queens aux poses lascives, emmené par David Johansen et le guitariste Johnny Thunders en guise de meneuses de revue débraillées, proposa un cocktail explosif d’influences chinées dans les penderies des "girls group", auprès des chanteurs de rythm n’ blues, et dans la sauvagerie du rock n’roll. Malgré les échecs de leurs deux albums, Malcom McLaren voit en eux le futur du rock’n’roll. Le manager ne parviendra pas à sauver le groupe mais il avait vu juste : les Dolls se séparèrent pour entrer dans la légende, et le jeune McLaren formera les Sex Pistols.

Exodus

Après la tentative d'assassinat à laquelle il avait échappé en décembre 1976, Bob Marley  fuit la Jamaïque pour un exil qui allait durer un an. Il se réfugia à Londres avec ses musiciens, et c’est dans la capitale britannique alors en pleine ébullition punk qu’il enregistra "Exodus", son premier album hors de Jamaïque. C’est également à Londres qu’il enregistra "Punky Reggae Party " avec Lee Scratch Perry aux manettes, le titre qui allait sceller l’union indéfectible du punk et du reggae.

Une filiation de la contestation

Si les punks avaient décidé de faire table rase du passé, ils s’inscrivaient dans une longue filiation d’artistes contestataires qui avaient agi comme eux à leur époque. Dans l’indispensable "Lipstick Traces", Greil Marcus se penche sur le cas de tous ceux qui voulaient « s’emparer du monde ». Fortes têtes isolées ou collectifs radicaux, des hérétiques du Moyen Age aux Sex Pistols en passant par Guy Debord, du Cabaret Voltaire zurichois au Roxy londonien via le pays cathare… C’est une coalition de résistants qui s’insurge contre tout ce qui transforme la société et la culture en produits de consommation.

Never Mind The Bollocks, Here's the Sex Pistols

Le groupe fit les gros titres de la presse anglaise après la parution de leur premier single """ Anarchy in the U.K". "" (novembre 1976), et leur passage à la télévision au cours duquel ils insultèrent Bill Grundy, alors animateur vedette du petit écran. " God Save the Queen""," (« The fascist regime ») sorti en mai 1977, l’année du Jubilée d’argent de la reine Elisabeth II, fit trembler les murs de Buckingham Palace. Après bien des rebondissements, l’album "Never Mind The Bollocks… "paraïtra fin octobre 1977. Derrière les scandales à répétition, on trouve douze titres de rock lourd, produits par Chris Thomas (Roxy Music, The Pretenders). Un album qui reste aujourd’hui comme l'un des dix albums de rock qu’il faut absolument avoir écoutés.

Angry Brigade

1969. Notthing Hill s’embrase. Le nihilisme du mouvement punk se profile déjà. En Angleterre, une nébuleuse connue sous le nom d'Angry Brigade, influencée par les écrits situationnistes et la lutte antifranquiste, se lance dans la guérilla urbaine. Pendant quatre ans, les "Angry" plastiquent des locaux symboles du pouvoir, jettent des cocktails Molotov sur des bâtiments liés à des intérêts espagnols et signent leurs interventions du nom de Butch Cassidy & The Sundance Kid. Les 25 attentats à la bombe qu’ils revendiquent ne font aucune victime. Leurs tracts séditieux incitent chacun à s’approprier leur signature : "« Les Angry Brigades sont assis juste à coté de vous. Ils ont des flingues dans leurs poches et la colère dans leurs esprits. »"

Les Chants de Maldoror

"« Plût au ciel que le lecteur, enhardi et devenu momentanément féroce comme ce qu'il lit, trouve, sans se désorienter, son chemin abrupt et sauvage, à travers les marécages désolés de ces pages sombres et pleines de poison »." Ainsi commence "Les Chants de Maldoror" publié en 1869 sous le pseudonyme de Comte de Lautréamont et qui fit scandale. Une exaltation de la révolte adolescente et de la marginalité ; une ode aux ténèbres, au mal et à la sauvagerie pétrie d’humour noir, d’érotisme morbide et de mauvais esprit… Les Chants sont tout cela à la fois, Isidore Ducasse y bouleverse en outre les conventions du roman, optant pour un cri primitif d’une ironie immense. Pas étonnant que Richard Hell, le poète et chanteur de "Blank Generation, "en ait fait son livre de chevet…

  Livre doc
Les Chants de Maldoror
Auteur: Lautréamont (1846-1870)
Edition: LGF
Collection: Livre de poche

Lipstick Traces

Greil Marcus amorce son essai en évoquant le dernier concert des Sex Pistols puis rembobine : les situationnistes, les lettristes, Dada, les surréalistes, Karl Marx, Saint-Just, les Chevaliers de la Table Ronde… Lipstick Traces est une plongée profonde dans les racines des mouvements contestataires radicaux du XXe siècle : une généalogie de l’insoumission, une histoire de rage, de résistance, de poésie, de désir, d’utopie, de fureur… Mais aussi une brillante réflexion sur le divertissement, la marchandisation, la société-spectacle…

logo departement

Notre newsletter

MDDS - Médiathèque des Deux-Sèvres

298, Route de Coulonges

79000 Niort

Tél. : 05 49 26 28 20

 

28, rue des Epinettes

79100 Thouars

Tél : 05 49 66 09 60