Connexion

logomamediateque2

Médiathèque départementale des Deux-Sèvres

Thelonious Monk

4 thèmes | 11 oeuvres
Le 10 octobre 2017, Thelonious Monk aurait eu 100 ans. Pianiste, compositeur, figure légendaire et énigmatique de l’histoire du jazz, Monk fascine plus que jamais. Occasion idéale pour explorer les facettes et les irisations d’un art à la fois singulier et universel.

AU CINÉMA

Cinéma et jazz ont souvent fait bon ménage, surtout à Paris au tournant des années 50-60. Bertrand Tavernier a su en témoigner. Quant à Thelonious Monk, il n’y est évidemment pas étranger, ne serait ce que par sa collaboration avec Roger Vadim sur "Les Liaisons dangereuses". Ce même Vadim qui fut un précurseur avec "Sait-on jamais" et la bande son du Modern Jazz Quartet. Mais, au-delà de cette période, si on veut avoir accès au phénomène Monk, il faut absolument voir "Straight, no Chaser," le documentaire de Charlotte Zwerin.

Les Liaisons dangereuses

On croyait tout savoir de la discographie de Thelonious Monk… C’était avant la découverte récente d’un vrai trésor caché : l’intégralité des séances que le pianiste enregistra pour les "Liaisons dangereuses 1960", l’adaptation moderne du chef-d’œuvre de Choderlos de Laclos par le cinéaste Roger Vadim avec Jeanne Moreau et Gérard Philipe, où l’on entend également la musique d’Art Blakey. Sans souci de coïncider avec les images, Monk enregistre, en solo ou en quartet, mais surtout en toute liberté, une poignée de chefs-d’œuvre avec, sur deux morceaux, un sideman rare, le saxophoniste Barney Wilen. Une création bouleversante dont il ne reste que peu de traces dans le film de Vadim.

Straight, no Chaser

Parmi les grands documentaires sur la musique, figure en bonne place le film de Charlotte Zwerin, "Straight, no Chaser", sorte de biographie en images du grand Thelonious. S’il accumule les témoignages passionnants, le film, produit par Clint Eastwood juste après qu’il a réalisé "Bird", vaut surtout par les saisissantes images inédites filmées par les frères Blackwood en 1967 alors qu’ils suivaient Monk en tournée. Voir le musicien et son petit chapeau tourner sur lui-même au beau milieu d’un aéroport suffit à nous faire comprendre son génie si singulier, mieux que toutes les études qui lui ont été consacrées. Lien Vidéo

Autour de Minuit

Grand amateur de jazz devant l’éternel, le cinéaste Bertrand Tavernier décide, au début des années 80, de filmer les aventures d’un Américain à Paris, en l’occurrence le grand saxophoniste Dexter Gordon. Inspiré de la relation que Francis Paudras entretint, dans les années 60, avec le pianiste Bud Powell, "Autour de Minuit" est une déclaration d’amour à cette musique qui fut, un temps, aussi parisienne qu’américaine et fait la part belle, jusque dans son titre, à la musique de Monk, symbole du jazz bop et post-bop à cette époque bénie du Club St Germain et autres Chat qui Pêche…

  Dvd Fiction
Autour de minuit
Auteur: Tavernier, Bertrand (1941-....)

Sait-on jamais

À la fin des années 5O, le cinéma français et le jazz sont en pleine lune de miel. Avant même les séances mythiques d"’Ascenseur pour l’échafaud", Roger Vadim, grand précurseur en la matière et auréolé de son succès avec "Et Dieu créa la femme", invite le Modern Jazz Quartet à le rejoindre à Venise pour mettre en musique son deuxième long-métrage, le méconnu "Sait-on jamais". Il en résulte l’un des meilleurs Vadim et une très belle bande originale dominée par l’élégant pianiste John Lewis. Trois ans plus tard, Vadim récidivera avec "Les Liaisons dangereuses" et un autre pianiste, Thelonious Sphere Monk.

AU PIANO

De Monk, il reste surtout un jeu de piano totalement personnel, fait de musicalité et de discontinuité. Un art du silence très habité par la mélodie mais qui tend vers l’abstraction, un toucher qui aimante l’inattendu,  une sorte de paradoxe musical auquel, seul dans l’histoire de la musique, l’art très singulier de Glenn Gould peut être rattaché.

The Glenn Gould Edition : Schoenberg

Si l’on veut absolument chercher un équivalent de Thelonious Monk parmi les instrumentistes classiques, le nom de Glenn Gould vient immédiatement à l’esprit tant les deux pianistes partagent un jeu d’une singularité absolue et une présence au monde d’une totale étrangeté. Plus que dans ses multiples interprétations des "Variations Goldberg", c’est dans le répertoire de Schoenberg que Gould se rapproche le plus de Monk et notamment dans ses relectures des "Klavierstücke". Sans doute parce que la musique du grand Viennois lui permet, davantage que Bach, de rejoindre le jeu troué de silences de son frère de jazz.

Miles Davis and the Modern Jazz Giants

Dans les riches discographies de Miles Davis et Thelonious Monk, il n’existe qu’une seule rencontre entre les deux géants. Au matin du 24 décembre 1954, le trompettiste et le pianiste se retrouvent en compagnie de Milt Jackson, Kenny Clarke et Percy Heath dans le studio de Rudy Van Gelder. L’ambiance est tendue et les deux hommes, qui s’admirent, se toisent pourtant. Le résultat constituera la matière d’un disque mythique de l’histoire du jazz où l’on doit particulièrement prêter l’oreille à la version de "The Man I Love", morceau où le fantasque Monk laisse, un instant, la musique en plan avant que Miles ne le rappelle à l’ordre à coups de trompette. Un moment resté dans l’histoire sous le doux nom de « trou de Monk »…

ÉCRITURES

Monk fait parler. Monk fait écrire. Des livres qui rendent compte de la fascination qu’il exerce comme l’"Abécédaire Thelonious Monk." Mais aussi qui le prennent comme modèle secret tel "La Guerre du Goût" de Philippe Sollers. Quant à la baronne Nica de Koenigswarter, sainte patronne du jazz et des jazzmen, elle a su faire parler Monk et certains de ses plus grands camarades comme personne.

Abécédaire Thelonious Monk

Neurologue et pianiste marseillais, Jacques Ponzio entretient, depuis longtemps, une intense passion pour Monk, le personnage et sa musique. Déjà co-auteur, il y a vingt ans, avec François Postif, de "Blue Monk : Portrait de Thelonious", il vient tout juste de récidiver avec ce petit livre volontairement foutraque, à base de citations venues d’un peu partout. Un nouveau portrait du pianiste en forme de puzzle qui permet de prolonger l’effet de la « drogue » Monk quand on n’a plus aucun moyen d’écouter sa musique.

La Guerre du Goût

Écrivain épris de musique, Philippe Sollers n’aime pas seulement Mozart et Cecilia Bartoli. Pianiste amateur, il est aussi un grand amateur de jazz et, plus particulièrement, de Monk dont il joue volontiers "Blue Monk". S’il n’a jamais écrit d’essai sur le plus grand pianiste du jazz moderne, on trouve dans "La Guerre du Goût", merveilleux recueil d’articles épars soigneusement assemblés, des allusions au jazz, à Miles Davis mais également à Monk, rapproché ici de la musique de Haydn. Un modèle pour l’écrivain ?

Les Musiciens de jazz et leurs trois vœux

Baronne de son état, membre de la famille Rothschild, mécène et protectrice des grands jazzmen, tel Charlie Parker qui mourut chez elle, Nica de Koenigswarter fut particulièrement proche de Monk. Au point que le lunaire Thelonious lui dédia une de ses plus sublimes compositions, la bien nommée "Pannonica". L’essentiel de l’œuvre de la baronne se trouve consigné dans un petit livre, qu’elle laisse en guise de testament, "Les Musiciens de jazz et leurs trois vœux "où des photographies inédites de musiciens, parmi lesquels Monk, voisinent avec les trois vœux qu’ils ont formulés à la demande de la si chère Pannonica. Un bréviaire en quelque sorte !

RELECTURES

Auteur de "Round Midnight," son thème le plus célèbre, Monk est à la tête d’un répertoire de standards exceptionnels. Pas étonnant que des musiciens d’horizons très différents aient su s’en emparer jusqu’au Kronos Quartet intégrant naturellement Thelonious Monk dans le champ de la musique contemporaine américaine.

That’s the Way I Feel Now

On l’oublie trop souvent : Monk est un des plus grands auteurs de thèmes de l’histoire du jazz. Cette évidence, le producteur Hal Willner l’avait sans doute en tête lorsqu’il convoqua, en 1984, des musiciens venus d’horizons variés pour reprendre quelques uns des standards écrits par le pianiste. De Steve Lacy à Joe Jackson, en passant par Carla Bley, Dr. John, Bobby Mc Ferrin, John Zorn et bien d’autres, tous sont venus se ressourcer dans le grand fleuve mélodique monkien réinventé sous les couleurs les plus variées, jazz, rock, free et tutti quanti…

Monk Suite

La musique de Monk est d’une telle richesse qu’elle peut s’adapter à tous les contextes, y compris celui du Kronos Quartet,  quatuor à cordes plus habitué à interpréter Philip Glass, Steve Reich ou Morton Feldman. Au milieu des années 80, les quatre archets s’arriment fermement au répertoire du jazzman avec une élégance certaine. Il en résulte un très bel album où l’on aime redécouvrir les morceaux de Monk déguisés en élégantes pièces de musique de chambre.

logo departement

Notre newsletter

MDDS - Médiathèque des Deux-Sèvres

298, Route de Coulonges

79000 Niort

Tél. : 05 49 26 28 20

 

28, rue des Epinettes

79100 Thouars

Tél : 05 49 66 09 60