Connexion

logomamediateque2

Médiathèque départementale des Deux-Sèvres

So long Leonard

4 thèmes | 12 oeuvres
Quelques semaines après la parution de son dernier album et l’attribution du Nobel de littérature à son ami Bob Dylan, Leonard Cohen tire sa révérence à 82 ans. Son œuvre poétique et musicale a inspiré des générations de chanteurs, cinéastes, écrivains et restera comme l’une des plus importantes du XXe siècle. Petite ballade improvisée et pleine d’admiration.

Alléluia !

La religion et la spiritualité tiennent un rôle central dans la vie et la carrière de Leonard Cohen, comme dans celle de Johnny Cash et d’une certaine façon dans celle Nick Cave. Tour à tour juif pratiquant, tenté par Jésus puis converti au bouddhisme, Cohen a tout lâché, en 1994, pour se retirer dans un monastère proche de Los Angeles où il devient le moine Jikan («le Silencieux»). Pas toujours facile à suivre, son parcours religieux est resté une quête personnelle, documentant son travail sans qu’il ne sombre jamais dans le prosélytisme.

You Want It Darker

Comme David Bowie, on peut penser que Leonard Cohen savait que son album sorti il y a quelques semaines était le dernier et qu’il l’a préparé comme on écrit une dernière lettre à ceux que l’on aime. Tout évoque ici ce moment où on cherche à se dépouiller de tout artifice pour parler directement aux âmes. Les quelques secondes de chant chorale qui ouvre "You Want It Darker", le premier morceau dans lequel Leonard Cohen chante « "I’m ready my Lord" », sonne le la de cet album qui restera peut-être le plus beau de sa discographie.

You want it darker
GAM
You want it darker
Auteur: Cohen, Leonard (1934-....)
Edition: Sony Music

Skeleton Tree

Profondément marqué par le rock et le blues crépusculaire américain, de Robert Johnson à Johnny Cash, tout imprégné de cette culture évangélique entre dévotion et folie marquée à jamais par la figure de Robert Mitchum dans "La Nuit du Chasseur", Nick Cave, frappé par la disparition accidentelle de son fils, a livré avec "Skeleton Tree", un album d’une beauté noire et lumineuse à la fois. Beau  comme une toile de Pierre Soulage.

Skeleton tree
GAM
Skeleton tree
Auteur: Cave, Nick (1957-....)
Edition: Kobalt

The Man Comes Around

Revenu de tous les excès qui jalonnèrent une bonne partie de sa carrière, Johnny Cash connut une fin de carrière sous le haut patronage de Rick Rubin -  producteur de rap (Run-DMC) et de rock « bruyant » (Slayer, Red Hot Chili Peppers), qui invita l’homme en noir de la country, véritable figure tutélaire de la culture américaine, à se dépouiller de tout artifice pour enregistrer, seul à la guitare, des reprises d’artistes contemporains comme U2, Nine Inch Nails, Nick Cave ou Leonard Cohen. Quatre albums (plus deux autres parus après sa mort en 2003) à emporter sur une île déserte.

L'homme de la Renaissance

Créateur, tour à tour romancier, dessinateur, peintre à ses heures, passionné de photographie et de cinéma, observateur et acteur des religions, l'ensemble de ces expériences vient nourrir l’œuvre de Bob Dylan, tout comme celle de Leonard Cohen. C’est aussi une façon de ne pas se laisser enfermer dans une case et de préserver une certaine intimité, comme Alice Munro dont même les voisins ignoraient l’activité d’écrivain.

Le livre du désir

A la sortie de son premier album, "Songs of Leonard Cohen" (1967), le chanteur canadien a déjà 33 ans et une belle carrière littéraire à son actif, ayant publié plusieurs recueils de poèmes depuis 1956 ainsi que deux romans, dont l'expérimental "Beautiful Losers" ("Les perdants magnifiques", chez 10/18 en France, facilement trouvable d'occasion). Mis entre parenthèses par son succès discographique, cet autre talent n'a jamais été abandonné, comme le montre ce recueil de dessins et de poèmes inspirés de William Yeats, auquel il a travaillé près de 10 ans.

I'm Not There

Dans ce film curieux, six acteurs différents incarnent des personnages imaginaires fortement inspirés des différentes périodes de la vie de Bob Dylan. C'est ainsi une femme, Cate Blanchett, qui joue le rôle de Jude Quinn, calqué sur le Dylan diaphane et filiforme de 1965/1966, au moment d'abandonner le folk des puristes pour un rock décapant. Résultat : un hommage réussi à la complexité d'un chanteur trop souvent réduit à sa caricature de "protest singer."

Fugitives

A croire le réalisateur canadien David Cronenberg, ses compatriotes sont si raisonnables qu'ils écoutent toutes les opinions, au risque de la paralysie : "«C’est très canadien, cet équilibre. C’est une qualité, mais ça devient vite maladif.»" A sa manière, c’est ce que raconte Alice Munro (Prix Nobel littérature 2013) dans ses recueils de nouvelles "«(…) à cette époque, (les années 40) il ne fallait pas attirer l’attention sur soi. Ça avait peut-être un rapport avec le fait d’être canadien, ou d’être une femme. Peut-être les deux.». Pedro Almodovar s’est inspiré de trois nouvelles de Fugitives pour son film Julieta."

L'inattendu

Innover, fuir la répétition, ne jamais se trouver là où l’on vous attend : en dépit d'une image de troubadour folk forgée par ses premiers succès, Leonard Cohen n'a jamais cessé de se remettre en cause. Certes plus discrètement qu'un Bob Dylan, qui accomplit une mue spectaculaire au milieu des années 60 pour échapper à son statut de « protest singer », mais en cherchant perpétuellement de nouveaux sons, chez Phil Spector ou dans l'électronique, en variant les thèmes et même les looks !

Leonard Cohen : I'm your man

Bâti autour d'un concert-hommage donné en 2005 à l'opéra de Sydney par Nick Cave, Rufus Wainwright, Jarvis Cocker (Pulp), Laurie Anderson et autres fans, ce documentaire est surtout une passionnante biographie de Leonard Cohen : son enfance à Montréal, sa carrière de poète précoce, son exil en Grèce en 1960, de nombreux aspects méconnus de sa vie sont évoqués grâce à des archives et interviews.

Death of a ladies' man

Curieux attelage que celui formé sur cet album par Cohen et Phil Spector, l'incontrôlable producteur resté célèbre pour son «mur de son», les arrangements luxuriants qu'il a imaginés pour les singles des Ronettes («Be My Baby») ou de Ike & Tina Turner («River Deep, Mountain High»). Le génie chasse le chanteur du studio après avoir capté ses premières prises de voix, puis se charge d'imprimer sa marque sur les morceaux. Cohen commencera par désavouer le résultat, mais par la suite, il révisera son jugement en jouant sur scène les versions «spectoriennes» de certains morceaux, notamment le magnifique «Memories».

  CD
Death of a ladies' man
Auteur: Cohen, Leonard (1934-....)
Edition: Sony Music

I'm Your Fan : The Songs of Leonard Cohen by...

R.E.M., Ian McCulloch (Echo & the Bunnymen), Pixies, Nick Cave... En 1991, la crème du rock d'alors se réunit pour cet album-hommage à l'initiative des "Inrockuptibles", qui décrocheront aussi des contributions de Jean-Louis Murat («Avalanche») et de l'ex-Velvet Underground, John Cale, qui vient alors de reformer le groupe avec Lou Reed. Ce "tribute" d'excellente tenue (John Cale livrant une époustouflante version de «Hallelujah» qui inspirera celle de Jeff Buckley) a largement contribué à la réputation de Cohen, bien au-delà du cercle de ses fans initiaux.

  CD
I'm your fan
Edition: Sony Music France

Le parrain

Comme pour Bob Dylan, l'importance de Leonard Cohen se mesure à l'aune de l'armée d'artistes qui se réclament de lui, du côté de la très vivace nouvelle scène folk mais aussi dans des univers musicaux a priori totalement différents, où c'est l'écriture et la liberté artistique du Canadien qui servent d'exemple. Venu d'Australie avec son punk rock gothique, Nick Cave entame ainsi sa carrière solo, en 1984, par une reprise de Cohen placée en ouverture de son premier disque.

Skeleton Tree

Profondément marqué par le rock et le blues crépusculaire américain, de Robert Johnson à Johnny Cash, tout imprégné de cette culture évangélique entre dévotion et folie marquée à jamais par la figure de Robert Mitchum dans "La Nuit du Chasseur", Nick Cave, frappé par la disparition accidentelle de son fils, a livré avec "Skeleton Tree", un album d’une beauté noire et lumineuse à la fois. Beau  comme une toile de Pierre Soulage.

Skeleton tree
GAM
Skeleton tree
Auteur: Cave, Nick (1957-....)
Edition: Kobalt

Carrie & Lowell

Devenues confidentielles dans les années 80, la musique folk et la tradition du "singer-songwriter" connaissent depuis une quinzaine d'années un "revival" passionnant incarné par de jeunes musiciens dépourvus de toute tentation puriste, qui ne retiennent que l'incroyable liberté qu’offre cette musique. Parmi d'autres, Sufjan Stevens, cet Américain né en 1975 à Detroit (Michigan) et dont une certaine folie imprègne les enregistrements, des chansons à la grâce aérienne qui révèlent aussi une sensibilité à fleur de peau.

Carrie & Lowell
GAM
Carrie & Lowell
Auteur: Stevens, Sufjan (1975-....)
Edition: New Jerusalem Music

Figure 8

Mort à 35 ans en 2003, cet Américain fut la caricature du folkeux dépressif des années 90 comme Leonard Cohen l'avait été vingt ans plus tôt. Comme dans le cas de son aîné, sa palette musicale et thématique était pourtant bien plus étendue. De même que Cohen chante plus souvent les femmes de passage que la politique ou la société, Elliott Smith était surtout un expert ès "love songs" mélodiques, sous une influence Beatles que cet ultime album, délaissant l'acoustique pour une orchestration pop rock aux harmonies vocales angéliques, révéla enfin.

  CD
Figure 8
Auteur: Smith, Elliott (1969-2003)
Edition: Skg Music
logo departement

Notre newsletter

MDDS - Médiathèque des Deux-Sèvres

298, Route de Coulonges

79000 Niort

Tél. : 05 49 26 28 20

 

28, rue des Epinettes

79100 Thouars

Tél : 05 49 66 09 60