Connexion

logomamediateque2

Médiathèque départementale des Deux-Sèvres

Highway To Metal

6 thèmes | 23 oeuvres
D'abord appelé « hard-rock » - il était fait de blues et de boogie avant de s'en détacher peu à peu - on parle aujourd'hui de « heavy metal », voire de « metal » tout court... De Led Zeppelin à Metallica, d'AC/DC à Rammstein, le heavy metal, c'est la bande-son de l'aliénation conjuguée au mal de vivre adolescent, c'est l'étendard sonore des exclus et autres losers-nés. C'est aussi la fin du rêve hippie, enterré avec Altamont et les crimes de Charles Manson, et les retrouvailles avec un rock primaire et surpuissant, où le riff de guitares au son saturé et/ou distordu retrouve sa sacro-sainte place. Nourri de comics et de séries Z, c'est aussi un univers qui renoue avec les cultures populaires et qui aime la parodie, quitte à en jouer parfois à l'extrême. Aussi subversif qu'inventif, le metal n'aura jamais cessé de fusionner avec tous les genres, du jazz au rap, et il continue de remplir des stades, tout en restant un mal-aimé. L'heure est donc à la réhabilitation : « "Say it loud, I'm heavy and I'm proud." ».

« Cock rock » et androgynie

Du glam rock efféminé -et, néanmoins, parfois sexiste- de Van Halen ou Mötley Crüe aux attributs guerriers de Motörhead ou Manowar, le heavy metal n'a jamais donné une image homogène ou figée de son rapport à la virilité... On a parlé de « cock rock » -soit un rock « burné »- en faisant un peu vite abstraction de ces personnages construits sur l'ambiguïté, comme Alice Cooper, Marilyn Manson, ou même Kurt Cobain jouant en robe pour MTV ... L'androgyne incarne la décadence, il demeure donc aussi l'une des figures-clé de l'univers heavy metal, qui compte par ailleurs relativement peu de groupes féminins.

Contraband

On gage qu'après la dispute entre Slash et Axl Rose, qui mit un terme aux Guns N' Roses, Slash, guitariste-virtuose au légendaire haut-de-forme en cuir, n'a jamais été aussi éclatant et furibond qu'avec Scott Weiland au chant, sur des morceaux lancés à toute blinde, comme « Sucker Train Blues »... Certes, les Guns N' Roses ont été intronisés au Rock'n'Roll Hall Of Fame, mais ce sont les riffs et les solos déments de Slash qui resteront au panthéon des metalleux. De fait, le gars est entièrement dédié à son art : « "Je ne veux pas écrire de paroles, je ne suis pas le genre de mec qui met sur du papier ses pensées intimes, je suis trop introverti pour ça." »

Led Zeppelin

Il y a bien longtemps qu'on ne tient plus la liste des guitaristes qui se sont fait saigner les doigts sur cet album. Led Zep', c'est aussi la revanche des musiciens dits “de studio”, comme Page, fan de Muddy Waters et de Howlin' Wolf, qui avait aussi accompagné sur scène les Everly Brothers ou les Kinks, et pour qui « "Un grand riff est quelque chose que tu reconnais instinctivement, il a de l'énergie et de l'allure, il est sexy." » Quand l'album a été enregistré, les musiciens ne se connaissaient pas encore bien, mais il a été bouclé en trente heures -ce qui a réduit la facture du studio, payée par le guitariste. « "Le disque s'est développé à partir d'une improvisation" », a affirmé Page !

  CD
Good times bad times
Auteur: Led Zeppelin
Edition: WEA

Demonized

Les femmes ne sont guère représentées dans le metal, là où les punks leur ont fait une large place... Certains groupes se sont quand même distingués, dont Girlschool, mais aussi Astarte, créé en 1995, et qui fut le premier groupe de black metal 100 % féminin -et aussi 100 % grec !- et qui tire son nom d'une déesse phénicienne de l'amour et de la fécondité, mais aussi de la guerre. Menée par la chanteuse-guitariste Tristessa, Astarte a d'ailleurs souvent été attaqué par les medias, non pas pour son côté sombre, « death » ou « black » metal, mais juste parce que ce sont des femmes...

Autodérision et parodies

Taillé sur mesure pour le live, le metal aime le second degré et les shows démesurés, jouant sur une imagerie qui flirte avec la farce macabre et le Grand-Guignol. En témoignent la mascotte d'Iron Maiden, le monstre-zombie Eddie -créé par Derek Riggs- qui figure sur ses pochettes d'albums, ou les maquillages des Kiss, avec un Gene Simmons grimé en démon et un Paul Stanley incarnant « l'enfant des étoiles »... De son côté, Alice Cooper se faisait décapiter sur scène par l'illusionniste James Randi : que ce soit la corde ou la chaise électrique, le chanteur sortait rarement indemne de ses concerts ! Just for fun...

Metallica - Guitar Hero

Créé en 1982, à Los Angeles, Metallica est un miroir déformant du rock, qui multiplie les références et les clins d'œil à ceux qui en ont taillé la légende. À Iggy Pop notamment, en composant un « Seek & Destroy » d'anthologie, et aux Beatles, en publiant un « Black Album » surpuissant. Pour la conception du jeu, ils ont invité sur la playlist des artistes dont ils sont fans, de Queen à Alice In Chains, en passant par Slayer ou Judas Priest. Pour le guitariste Kirk Hammett, qui reconnaît être un dingue de la pédale wah wah, Jimmy Page reste LE maître : « "Je me souviens d'avoir joué « Dazed and Confused » tous les jours. C'était un dictionnaire à riffs" ».

Accros du roc - Annales du Disque-monde

L'histoire d'une jeune fille, Suzanne, dont la directrice de son pensionnat s'agace de son usage immodéré de son pouvoir d'invisibilité, et qui va découvrir qu'elle est en fait la fille de la Mort. L'histoire, également, d'un jeune barde, Kreskenn, qui espère faire carrière, avec sa harpe, dans la grande ville de Ankh-Morpork. Il va rencontrer d'autres artistes de rue, et faire avec eux de la musique de rocs. Oui, il s'agit bien de prendre des cailloux et de les cogner ensemble... S'il existait une « littérature heavy metal », ce roman dingo, foutraque, bruyant et diablement inventif en serait l'une des pièces maîtresses.

A Hillbilly Tribute to AC/DC

AC/DC en version bluegrass ! Avec violon, banjo et mandoline, et où les cloches d' « Hells Bells » sont remplacées par des clochettes... Par un « cover band » qui a réussi à être mondialement connu, et qui fut même adoubé par le groupe des frères Young. On ne compte plus les groupes-hommage à « assdèce », mais on aime bien, également, la version d' « Highway To Hell » par les filles d'AC/DShe... La preuve aussi que les metalleux ont le sens de l'humour et aiment la parodie, de Beatallica à Dread Zeppelin, qui reprend les tubes de Led Zep' en version reggae !

Halloween

Rob Zombie, qui tourne en solo depuis le sabordage de son groupe White Zombie, en 1998, est un drôle de personnage, qui a grandi dans l'univers du cirque et qui est passionné par les cultures de séries Z autant que par les films des Marx Brothers. C'est une auto-caricature, mais surtout un bosseur fou qui, non content de faire une carrière de musicien prolifique, a scénarisé des bandes dessinées -dont "The Nail"-, et a réalisé plusieurs films, dont "La Maison des 1000 morts", en 2003, et ce remake, en 2007, du premier "Halloween "...

L'internationale des métallos

Le genre est né autant à Birmingham, où Tony Iommi, le guitariste de Black Sabbath était ouvrier métallurgiste -ça ne s'invente pas-, que dans les bars de Sydney où a commencé à jouer Angus Young. Si, avec Led Zeppelin et AC/DC, la filiation avec le blues reste évidente, le genre va peu à peu s'affranchir de tout contexte culturel « géographique » pour prétendre à l'universalité, devenant ainsi l'un des plus répandus dans le monde. De Baron Rojo en Espagne à Loudness au Japon, jusqu'à Sepultura au Brésil, sans parler de l'Allemagne, l'autre patrie européenne du metal, ou de la Scandinavie, celui-ci n'a plus de frontières... : « "Graisseux du monde entier, unissez-vous !" »

Harmonic

Dave Lombardo, ex-batteur de Slayer, originaire de Cuba et qui a grandi en écoutant Santana, est tout bonnement l'un des meilleurs batteurs du monde et l'un des plus rapides. Le groupe Philm, qu'il a monté en 2012, est une véritable curiosité. Où l'on découvre une déclinaison inattendue du metal, qui mêle ici du free-jazz à des ambiances psychédéliques, avec des mélodies obsédantes et hypnotiques.

Les Chats persans

Le portrait d'une jeunesse de Téhéran qui, sans se soucier de la censure, vit au rythme du rock, de l'électro et du metal : « "La musique touche à des émotions qui sont bien plus profondes que la couche superficielle de la société et de la politique. La musique n'a pas besoin de discours, c'est juste une question de feeling, elle n'a pas de mission politique..." » Quand la bande d'amis décide d'organiser un concert clandestin dans une maison isolée, ils sont arrêtés par les miliciens et emprisonnés... Obligés d'écrire leur confession, ils sont accusés d'être des « satanistes », et la police confisque leurs disques « obscènes ». Certains céderont alors à l'appel de Londres...

  Dvd Fiction
Les chats persans
Auteur: Ghobadi, Bahman (1968-....)
Edition: Pathé

Anvil ! The story of Anvil

Les Canadiens d'Anvil étaient des pionniers du speed metal, soit un groupe culte au début des années 1980, dont la carrière déclina avec l'arrivée de groupes comme Metallica. Il est rare qu'un documentaire -réalisé entre 2005 et 2007 par un ancien roadie d'Anvil- sur le « retour » d'un groupe oublié, qu'on suit ici sur le rythme d'une chronique, soit aussi touchant. On est surtout frappé par l'obstination du chanteur et guitariste Steve « Lips » Kudlow à vouloir retrouver le fil d'une histoire perdue en chemin, à chercher par tous les moyens à renouer avec le succès... C'est surtout très drôle, et au résultat -le fait est notable-, le film aurait relancé la carrière du groupe !

Reise, Reise

Le plus éminent représentant contemporain du rock germanique est à la fois gothique, metal et indus, ce qui n'a rien d'étonnant quand on est issu d'un terreau qui a donné naissance à la fois au cinéma expressionniste, au Krautrock et à des groupes comme Scorpions... Finalement plus proche de Nine Inch Nails et des premiers Killing Joke que des références hard-rock standard, on a envie de plaider la cause de Rammstein pour son inventivité et son énergie radicale et sans concession. Et marteler encore que le pire procès qui lui fut fait fut de lui avoir prêté des sympathies avec l'extrême-droite... Résumé par le chanteur Till Lindemann, leur programme est pourtant simple : « "Pour nous, la musique est relativement peu importante, ce qui est important, c'est que ça brûle." »

  CD
Reise Reise
Auteur: Rammstein
Edition: Universal

Le complexe du slow

On a accusé les metalleux de pondre des slows pour entrer dans les charts, alors que, comme tous les rockers, ce sont tout simplement de grands sensibles. Si « Still Loving You » des Scorpions, en 1984, popularisa le genre en permettant de faire danser les filles, les "power ballads" se veulent d'abord héritées des poèmes lyriques du Moyen Âge... De « Dream On », d'Aerosmith à « Hard Luck Woman » de Kiss, « Nothing Else Matters » ou « Fade To Black » de Metallica, « Black Lodge » d'Anthrax, elles parlent d'amour, de sexe et de suicide... Mais, sauf erreur, on ne peut soupçonner, à ce jour, ni Motörhead ni Slayer d'en avoir commis une seule sur laquelle on pourrait danser un slow...

Harmonic

Dave Lombardo, ex-batteur de Slayer, originaire de Cuba et qui a grandi en écoutant Santana, est tout bonnement l'un des meilleurs batteurs du monde et l'un des plus rapides. Le groupe Philm, qu'il a monté en 2012, est une véritable curiosité. Où l'on découvre une déclinaison inattendue du metal, qui mêle ici du free-jazz à des ambiances psychédéliques, avec des mélodies obsédantes et hypnotiques.

Metallica - Guitar Hero

Créé en 1982, à Los Angeles, Metallica est un miroir déformant du rock, qui multiplie les références et les clins d'œil à ceux qui en ont taillé la légende. À Iggy Pop notamment, en composant un « Seek & Destroy » d'anthologie, et aux Beatles, en publiant un « Black Album » surpuissant. Pour la conception du jeu, ils ont invité sur la playlist des artistes dont ils sont fans, de Queen à Alice In Chains, en passant par Slayer ou Judas Priest. Pour le guitariste Kirk Hammett, qui reconnaît être un dingue de la pédale wah wah, Jimmy Page reste LE maître : « "Je me souviens d'avoir joué « Dazed and Confused » tous les jours. C'était un dictionnaire à riffs" ».

Led Zeppelin

Il y a bien longtemps qu'on ne tient plus la liste des guitaristes qui se sont fait saigner les doigts sur cet album. Led Zep', c'est aussi la revanche des musiciens dits “de studio”, comme Page, fan de Muddy Waters et de Howlin' Wolf, qui avait aussi accompagné sur scène les Everly Brothers ou les Kinks, et pour qui « "Un grand riff est quelque chose que tu reconnais instinctivement, il a de l'énergie et de l'allure, il est sexy." » Quand l'album a été enregistré, les musiciens ne se connaissaient pas encore bien, mais il a été bouclé en trente heures -ce qui a réduit la facture du studio, payée par le guitariste. « "Le disque s'est développé à partir d'une improvisation" », a affirmé Page !

  CD
Good times bad times
Auteur: Led Zeppelin
Edition: WEA

White Pony

Peut-être l'un des meilleurs albums de nu metal... Formé à Sacramento en 1988, le groupe a connu le succès grâce au fabuleux talent du chanteur et guitariste Chino Moreno, qui a toujours rêvé, ado, de faire le groupe le plus heavy possible. Fan de Bad Brains et des Beastie Boys, il a réussi à pondre des morceaux aussi complexes et délicats qu'émouvants, aux harmonies tarabiscotées, et l'on ne se lasse pas de cette somptueuse ballade, « Pink Maggit », qui retourne littéralement les fans à chaque fois qu'elle est jouée en live.

Maîtres du solo de guitare

La véritable icône symbolisant le rock, s'il n'en reste qu'une, ce sera la guitare « solid-body » : la Gibson SG d'Angus Young -la première spécialement conçue, en 1961, pour jouer du rock avec un son saturé- ou la « Red Special » du guitariste de Queen, Brian May, fabriquée maison avec des matériaux de récupération, et qu'il grattait avec une pièce de six pennies. Plus ou moins improvisé, le solo de guitare est le passage obligé d'un morceau de metal digne de ce nom... Jimmy Page le résumait ainsi : « "Pour moi, un solo est un moment où tu t'envoles." » 

Contraband

On gage qu'après la dispute entre Slash et Axl Rose, qui mit un terme aux Guns N' Roses, Slash, guitariste-virtuose au légendaire haut-de-forme en cuir, n'a jamais été aussi éclatant et furibond qu'avec Scott Weiland au chant, sur des morceaux lancés à toute blinde, comme « Sucker Train Blues »... Certes, les Guns N' Roses ont été intronisés au Rock'n'Roll Hall Of Fame, mais ce sont les riffs et les solos déments de Slash qui resteront au panthéon des metalleux. De fait, le gars est entièrement dédié à son art : « "Je ne veux pas écrire de paroles, je ne suis pas le genre de mec qui met sur du papier ses pensées intimes, je suis trop introverti pour ça." »

Metallica - Guitar Hero

Créé en 1982, à Los Angeles, Metallica est un miroir déformant du rock, qui multiplie les références et les clins d'œil à ceux qui en ont taillé la légende. À Iggy Pop notamment, en composant un « Seek & Destroy » d'anthologie, et aux Beatles, en publiant un « Black Album » surpuissant. Pour la conception du jeu, ils ont invité sur la playlist des artistes dont ils sont fans, de Queen à Alice In Chains, en passant par Slayer ou Judas Priest. Pour le guitariste Kirk Hammett, qui reconnaît être un dingue de la pédale wah wah, Jimmy Page reste LE maître : « "Je me souviens d'avoir joué « Dazed and Confused » tous les jours. C'était un dictionnaire à riffs" ».

Led Zeppelin

Il y a bien longtemps qu'on ne tient plus la liste des guitaristes qui se sont fait saigner les doigts sur cet album. Led Zep', c'est aussi la revanche des musiciens dits “de studio”, comme Page, fan de Muddy Waters et de Howlin' Wolf, qui avait aussi accompagné sur scène les Everly Brothers ou les Kinks, et pour qui « "Un grand riff est quelque chose que tu reconnais instinctivement, il a de l'énergie et de l'allure, il est sexy." » Quand l'album a été enregistré, les musiciens ne se connaissaient pas encore bien, mais il a été bouclé en trente heures -ce qui a réduit la facture du studio, payée par le guitariste. « "Le disque s'est développé à partir d'une improvisation" », a affirmé Page !

  CD
Good times bad times
Auteur: Led Zeppelin
Edition: WEA

Anvil ! The story of Anvil

Les Canadiens d'Anvil étaient des pionniers du speed metal, soit un groupe culte au début des années 1980, dont la carrière déclina avec l'arrivée de groupes comme Metallica. Il est rare qu'un documentaire -réalisé entre 2005 et 2007 par un ancien roadie d'Anvil- sur le « retour » d'un groupe oublié, qu'on suit ici sur le rythme d'une chronique, soit aussi touchant. On est surtout frappé par l'obstination du chanteur et guitariste Steve « Lips » Kudlow à vouloir retrouver le fil d'une histoire perdue en chemin, à chercher par tous les moyens à renouer avec le succès... C'est surtout très drôle, et au résultat -le fait est notable-, le film aurait relancé la carrière du groupe !

Une musique sataniste ?

Certains groupes ultra-engagés mis à part -Rage Against The Machine, pour ne citer qu'eux- le metal n'a guère donné dans l'obsession des idéologies socio-politiques. En revanche, la réputation de satanisme n'a cessé de lui coller à la peau. La faute aux breloques et autres symboles de Black Sabbath ou Slayer ? Pour la plupart, cela ne relevait que d'un folklore, même si la folie liée à certains groupes du « black metal inner circle » norvégien a pu conduire à des meurtres et à des incendies d'églises... C'est le bluesman Robert Johnson qui avait, le premier, ouvert la voie, en vendant son âme au diable ! Essayez un peu d'entendre le soi-disant message du démon en passant à l'envers « Stairway To Heaven »... Bon, il est vrai que chez Black Sabbath, on utilisait le triton ou « accord du diable » , interdit par l'Eglise jusqu'à la Renaissance. Mais Berlioz l'avait fait avant eux.

Live After Death

L'idée de départ était plutôt sympa : la « jeune fille de fer » fait référence à un instrument de torture médiéval, soit une armure en deux parties avec des pointes de fer à l'intérieur ! Au banc des accusés pour son usage immodéré des attributs morbides, le groupe a répliqué qu'une chanson comme « The Number Of The Beast » constituait en fait une mise en garde contre le danger des sectes... Entre le théâtre fantastique et la série Z burlesque, le groupe londonien a toujours conçu ses concerts comme des spectacles pharaoniques, avec un niveau sonore souvent au-dessus des 150 000 watts. On adore, ici, la version de la chanson « Rime of The Ancient Mariner », adaptée d'un poème de Samuel Taylor Coleridge, récit d'un vieux marin qui raconte son étrange naufrage...

Fargo Rock City – Confessions d'un fan de métal en zone rurale

Avant d'être un critique rock renommé, Chuck Klosterman était un môme du Midwest, qui a grandi dans une ferme du Dakota, à huit kilomètres au sud d'une ville de 500 habitants. Il savait conduire un tracteur avant d'entrer au collège, même si c'était un médiocre ouvrier agricole. Son existence a basculé le jour où il a entendu Mötley Crüe pour la première fois. Ses propos sur les vertus du metal et ses réactions aux critiques accusant le genre de pousser les jeunes à l'autodestruction sont imparables : « "Je ne comprends pas comment une musique qui m'a seulement donné envie d'avoir les cheveux longs peut être la même qui a donné envie à des gamins de mourir." »

Accros du roc - Annales du Disque-monde

L'histoire d'une jeune fille, Suzanne, dont la directrice de son pensionnat s'agace de son usage immodéré de son pouvoir d'invisibilité, et qui va découvrir qu'elle est en fait la fille de la Mort. L'histoire, également, d'un jeune barde, Kreskenn, qui espère faire carrière, avec sa harpe, dans la grande ville de Ankh-Morpork. Il va rencontrer d'autres artistes de rue, et faire avec eux de la musique de rocs. Oui, il s'agit bien de prendre des cailloux et de les cogner ensemble... S'il existait une « littérature heavy metal », ce roman dingo, foutraque, bruyant et diablement inventif en serait l'une des pièces maîtresses.

Antichrist Superstar

Brian Warner avait eu une enfance perturbée en Floride... Loin de coller à son image morbide, il en parle avec humour : « "J'ai grandi en ayant peur de la guerre : j'étais terrifié à l'idée qu'on me coupe les cheveux." » Jouant sur l'ambiguïté sexuelle, accusé de tous les maux, il fait figure de trublion dans la sphère du metal. Fin 2007, quand il interprétait sur scène sa chanson « Irresponsible Hate Anthem », il faisait projeter des coupures de presse sur le garçon de quatorze ans qui venait de blesser quatre collégiens avant de se suicider, à Cleveland. On pouvait y lire : « "Il ne croyait pas en Dieu et préférait adorer Marilyn Manson." » Ce à quoi Manson avait répondu : « "Je suis l'incarnation de la peur parce que finalement je représente ce dont tout le monde a peur." »

logo departement

Notre newsletter

MDDS - Médiathèque des Deux-Sèvres

298, Route de Coulonges

79000 Niort

Tél. : 05 49 26 28 20

 

28, rue des Epinettes

79100 Thouars

Tél : 05 49 66 09 60