Connexion

logomamediateque2

Médiathèque départementale des Deux-Sèvres

Le Havre

4 thèmes | 12 oeuvres
Les célébrations du 500e anniversaire du «Havre de Grâce», fondé le 8 octobre 1517 par François Ier, n'épuisent pas l'intérêt pour cette ville singulière, berceau et inspiration de nombreux écrivains, peintres ou rockers. Ravagée par la guerre puis par la crise économique, elle continue à trouver sa résilience dans l'affirmation d'une beauté qui ne saute pas aux yeux et d'une identité qui confine au légendaire.

500 ANS AU FIL DE L'EAU

Le Havre reste le deuxième port français après Marseille, mais ce poumon économique n'a cessé de s'essouffler. A mesure que l'héroïque marine marchande cédait la place au trafic industrialisé de porte-conteneurs, la ville a changé d'âme, désormais moins tournée vers la mer et ne vivant plus au rythme de ses matelots et dockers.

Le Havre : la demeure urbaine (1517-2017)

Quiconque y a séjourné le sait : Le Havre, ce sont plusieurs villes en une. Le port devenu une vaste zone industrielle, le centre détruit en 1944 (dont le quartier Saint-François, où subsistaient des immeubles du XVIe siècle), la «Ville Haute» où l'agglomération s'est étendue loin de la mer après la destruction des remparts en 1852, l'élégante colline de Sainte-Adresse... Résultat d'une étude menée depuis 25 ans par les services du patrimoine de la région, ce livre richement illustré tombe à pic pour célébrer les 500 ans du «Havre de Grâce» fondé par François Ier.

The Box : comment le conteneur a changé le monde

Economiste et journaliste, l'auteur a signé un best-seller avec ce sujet d'apparence aride : comment ces caissons métalliques standardisés (8 mètres de large sur 6 à 12 de long) ont bouleversé, depuis leur invention en 1956, le transport maritime, et accéléré la mondialisation en permettant d'immenses gains de temps et d'argent. La marine marchande, avec ses navires spécialisés et sa culture particulière, en a changé de visage, et avec elle, la ville du Havre, devenue le premier port français pour le trafic de conteneurs.

Sur les quais

L'un des plus grands rôles de Marlon Brando, en docker du port de New York en lutte contre l'emprise de la Mafia sur son syndicat. Et surtout un tableau très réaliste (tourné en décors naturels) de la vie d'un grand port avant la naissance des conteneurs, quand l'aristocratie ouvrière des quais, organisée et puissante, savait tenir tête aux grandes compagnies sans échapper aux dérives et aux trafics. Un monde disparu, outre-Atlantique comme sur la côte normande.

Peut-être est-ce en raison de : « C’est curieux, chez les marins, ce besoin de faire des phrases » (Francis Blanche dans "Les Tontons flingueurs"). Le Havre aime affirmer sa différence à coups de records et d'exclusivités, pansant ses blessures en portant fièrement ses propres mythes : port d'attache du plus grand (et plus beau, forcément) paquebot du monde, berceau du football français, seule ville du pays à avoir vraiment compris le rock, la liste pourrait se prolonger à l'infini...

Paquebot France

Au Havre, les anciens ont vite l'œil humide en évoquant le «France», la fierté de la ville et son éternel regret. Mis en service en 1962 pour transporter plus de 2000 passagers sur ses 315 mètres, l'élégant paquebot de la Compagnie Générale Transatlantique (la «Transat») représente les derniers feux du voyage à l'ancienne, illustrés dans ce catalogue d'exposition : déficitaire dès 1965 puis victime du premier choc pétrolier, il sera désarmé en 1974, en dépit d'une mutinerie de l'équipage. Avant de rouiller plus de 4 ans durant dans un coin perdu du port, vite rebaptisé le «quai de l'oubli»...

Dribbling

Chez les fans de football, le Havre Athletic Club est surnommé le «club doyen» : selon la légende, ce serait en effet la première équipe organisée en France, en 1872, par des universitaires britanniques employés sur le port. La vérité historique est moins formelle, mais cet ancien rédacteur en chef de «Paris Normandie», devenu écrivain, en tire un truculent roman sur la passion communicative de quelques gentlemen pour un sport dont les règles n'étaient alors même pas figées.

  Livre Fiction
Dribbling
Auteur: Huet, Philippe (1942-....)
Edition: Rivages

Le Havre, cité rock

Une électrisante plongée dans l'histoire du Liverpool français ! Port ouvert vers l'Angleterre et les Etats-Unis, Le Havre fut l'une des premières villes françaises conquises par le rock. Bars de dockers, disques importés, tristesse du décor puis crise économique aidant, on y a toujours joué vite et fort. Little Bob Story, Roadrunners Bad Brains, City Kids et les autres, ce documentaire signé par Jean-Marie Châtelier,  revient sur les grandes heures des «tueurs du Havre», comme l'on surnommait les groupes du cru.

ENTRE LES GUERRES

«Le Havre, c'est assez sinistre, entre les guerres», disait Raymond Queneau. Une façon pour l'écrivain d'évoquer les traumatismes subis par sa ville natale : endommagée par l'aviation allemande en juin 1940 et ravagée par les bombardements alliés en septembre 1944, l'ancienne cité de la Renaissance a été reconstruite à grands renforts de béton armé, lui donnant un visage dont elle a mis plusieurs décennies à redevenir fière.

Un Rude Hiver

Né au Havre en 1903, l'auteur de "Zazie dans le métro "et des "Exercices de style" y a consacré quelques-unes de ses plus belles pages. Notamment dans le texte «Le café de la France», promenade hallucinée dans les ruines de 1944 (à lire dans "Contes et" "Propos", Folio). Et dans ce roman situé en 1914-1918. Ici, ni bombardements ni destructions, bien peu d'intrigue : c'est la ville, alors intacte, qui est l’héroïne du récit.

  Livre Fiction
Un Rude hiver
Auteur: Queneau, Raymond (1903-1976)
Edition: Gallimard
Collection: L'Imaginaire

Par amour

10 juin 1940 : face à l'avancée des troupes allemandes, les Havrais ont une obsession, passer «de l'autre côté de l'eau», c'est-à-dire fuir vers l'Ouest en traversant l'estuaire de la Seine. Par milliers, ils embarquent sur les derniers bateaux à destination de la Bretagne ou se lancent sur les routes, vers l'amont du fleuve, pour le franchir sur un bac. Histoire d'amour sur fond d'effondrement militaire et moral, ce beau roman documente surtout avec beaucoup de précision ces journées sombres, grâce au travail d'enquête de l'auteur, sur les traces de son histoire familiale.

  Livre Fiction
Par amour
Auteur: Tong Cuong, Valérie (1964-....)
Edition: JC Lattès

Les Bâtisseurs : l'album de la reconstruction du Havre

«De la gare, on voyait la mer», à 2,4 km de là : c'est ainsi que les Havrais se souviennent de l'état de leur centre-ville après les bombardements alliés de septembre 1944. La reconstruction a longtemps eu mauvaise réputation : comme le raconte ce livre, plans et documents à l'appui, l'architecte Auguste Perret (1874-1954) applique ses principes sur 130 hectares (béton armé, plan fonctionnel, «style sans ornement») qui a souvent fait comparer le résultat à une ville soviétique. Avec la construction du centre culturel le Volcan imaginé par l’architecte Oscar Niemeyer, inauguré en 1982, et le classement de cet ensemble au patrimoine mondial de l'Unesco, la ville est pourtant devenue une attraction touristique.

LUMIÈRES ET IMPRESSIONS

Cette ville à la personnalité si singulière semble avoir le don de susciter chez les artistes une poésie universelle. Visuellement spectaculaire, entre clarté de l'horizon et noirceurs du port, elle a inspiré les lumières impressionnistes et a servi de décor idéal aux cinéastes, pour mettre en scène les promesses du grand large et du voyage aussi bien que les désillusions des déclassés.

Impression, soleil levant. L'histoire vraie du chef-d'œuvre de Claude Monet

Né à Paris et mort à Giverny, l'impressionniste Claude Monet (1840-1926) a grandi au Havre. Et l'on oublie souvent qu'il y a peint, depuis la fenêtre de son hôtel donnant sur le bassin de l'avant-port, le tableau fondateur du mouvement. Pour le 140e anniversaire de la première exposition de la toile, en 1874, le musée Marmottan avait organisé cette expo passionnante, mêlant dégagements sur les influences du peintre (Delacroix, Courbet, Turner...) et enquête topographique sur les lieux et l'heure exacts de la séance.

Le Quai des brumes

Ce classique vaut mieux que le célèbre «T’as d'beaux yeux, tu sais» lancé par Jean Gabin à Michèle Morgan. Comme Elia Kazan, 15 ans plus tôt à New York, dans Sur les Quais"," Marcel Carné filme avec minutie la petite vie du port du Havre. Mais là où l'Américain est tout en dialogues vifs et décors naturels, le Français tourne selon les canons du réalisme poétique : scénario et dialogues de Jacques Prévert (d’après le roman de Pierre Mac Orlan, 1927), reconstitution en studio et décors d’Alexandre Trauner, et superbe photo noir et blanc d’Eugen Schüfftan. Gabin, en déserteur préférant sauver sa belle que d'embarquer pour le Venezuela, est sublime.

solide mirage

Des immigrés clandestins arrivés dans un conteneur et cherchant à financer la suite de leur périple grâce à un concert de charité joué par Little Bob, des personnages nommés Marx ou Monet... Pas de doute, nous sommes bien au Havre, avec son passé politique de ville communiste, ses gloires artistiques et son rocker local. Malgré cet ancrage, le réalisateur finlandais parvient, en mêlant les époques, à réaliser un film tenant davantage d'une méditation universelle sur l'errance que d'un quelconque réalisme social.

logo departement

Notre newsletter

MDDS - Médiathèque des Deux-Sèvres

298, Route de Coulonges

79000 Niort

Tél. : 05 49 26 28 20

 

28, rue des Epinettes

79100 Thouars

Tél : 05 49 66 09 60