Connexion

logomamediateque2

Médiathèque départementale des Deux-Sèvres

David Hockney

4 thèmes | 12 oeuvres
Un jour de 1972, sur les ondes de la BBC, David Hockney a déclaré : "« Je me considère comme un artiste assez ordinaire. »" C’est donc une grande rétrospective consacrée au  travail de cet artiste assez ordinaire que l’on pourra admirer au Centre Pompidou jusqu’au 23 octobre. Une façon de saluer cette figure majeure de la peinture qui fêtera ses 80 ans le 9 juillet prochain et un beau moyen d’entrer dans l’été.

Brexit

Il faut repenser à l’Angleterre grise de l’après-guerre et des années soixante pour comprendre l’envie de David Hockney d’aller découvrir la Californie, le pays de la couleur, où l’homosexualité était déjà vivable au grand jour.

Andy Warhol va à Hollywood : Road Trip à travers l'Amérique pop des sixties

C’est en 1964 que David Hockney découvre la côte ouest des Etats-Unis. Un an auparavant, Andy Warhol avait traversé le continent d’est en ouest, avant de retourner à New York et d’y installer la "Factory". Un voyage au cours duquel il avait découvert l’Amérique profonde, couverte de néons et de panneaux publicitaires, qui allaient tant inspirer une partie de sa peinture et le pop art auquel on a, un peu trop rapidement, rattaché David Hockney.

A Bigger Splash

Bien qu’il en soit la figure principale et qu’il ait donné son accord à la réalisation du projet, David Hockney raconte qu’il n’a jamais pu revoir "A BiggerSplash" (qui sera pourtant projeté dans le cadre de l’exposition). Il a même envisagé de payer un dédommagement à Jack Hazan (qui réalisa "Rude Boy" en 1980)  pour en bloquer la sortie. "A Bigger Splash" est un film sur les conflits intérieurs qui plongent un artiste dans une forme de dépression. En fait, Hockney ne supporte surtout plus de revoir Peter Schlesinger, son modèle et amant, qui le quitta au moment du tournage.

Ici Londres ! Une histoire de l'underground londonien depuis 1945

Des premiers clubs du West End aux boutiques branchées de Carnaby Street, des premiers magazines de la Free Press aux fanzines punks, des light-shows de Pink Floyd à l'UFO aux performances de Throbbing Gristle, Londres va s'imposer durant près de quarante ans comme la capitale d'une foisonnante et bruyante contre-culture. Une capitale où l'on croise Francis Bacon, Lucian Freud, David Hockney, Mary Quant, John Lennon ainsi que tous les acteurs de la vague punk.

Correspondances

Il est frappant de constater le télescopage d’œuvres créées par des artistes qui ne se sont jamais rencontrés.

À la recherche du temps perdu

«" 82 Portraits and 1 Still Life » "est une série peinte par David Hockney en trois périodes de deux ans et exposée à Londres en 2012. Selon Didier Ottinger, commissaire français de l’exposition, ces tableaux sont comme les portraits des participants « au bal des Guermantes ». Il précise sa pensée en rappelant que, dans sa jeunesse, David Hockney fut un « immense lecteur de Proust ».

La Piscine

Impossible de ne pas penser à ce film mythique de Jacques Deray avec Alain Delon, Romy Schneider, Maurice Ronet et Jane Birkin, quand on pense à David Hockney et à ses piscines, notamment "A Bigger Splash" (1967). Un même érotisme semble se dégager des toiles de Hockney et de la pellicule qui a capturé la beauté du couple Schneider – Delon. Un remake de "La Piscine" a été réalisé en 2015 par Luca Guadagnino sous le titre… "A Bigger Splash".

More Songs about Building and Food

Pendant que David Hockney peignait à Los Angeles, les Talking Heads contribuaient à remettre la scène musicale new-yorkaise au centre de l’attention mondiale. Malgré les quatre mille kilomètres qui les séparaient, Hockney et David Byrne (la tête pensante du groupe, par ailleurs photographe, réalisateur et metteur en scène), eurent la même idée presque au même moment : créer des images composites à partir de polaroïds juxtaposés. Les grands esprits…

Peintre avant tout

David Hockney est l’une des dernières grandes figures de la peintures du XXe siècle. Ses tableaux de piscines l’ont rendu célèbre à travers le monde entier, mais ses références - Picasso, Van Gogh, Francis Bacon, Matisse, Dubuffet… - qui forment une longue liste que l’on feuillette comme une Histoire de l’Art, nourrissent une peinture beaucoup plus complexe.

David Hockney

Celui qui a décidé d’être artiste à 10 ans, a essayé tous les mediums : la peinture, le dessin, la gravure, la photo, le travail sur imprimante, la création sur iPad… avant de revenir à la peinture en extérieur, sur chevalet. Ce somptueux catalogue permet de revenir sur les soixante premières années qu’Hockney a consacrées à son art. Bel hommage à celui qui a déclaré un jour : "« La création artistique est un acte de partage »."

Matisse / Diebenkorn

Richard Diebenkorn (1922-1993), peintre californien à peine plus âgé que David Hockney (né en 1937), est fortement marqué par Henri Matisse (1869-1954). Bien qu’ils ne se soient jamais croisés, la résonance entre leurs oeuvres est étonnante, aussi bien dans le choix des sujets, que dans la composition. On retrouve également dans leur travail une même recherche sur la frontière entre le figuratif et l’abstrait. David Hockney, quant à lui très influencé par Picasso, a souvent fréquenté Richard Diebenkorn au cours de ses années californiennes.

Picasso Cubiste

"« Mes déceptions quant à la représentation naturaliste de l’espace, à partir d’un point unique, comme dans la peinture de Canaletto, ainsi que mes travaux pour le théâtre ont renforcé mon admiration pour Picasso…il m’a fallu longtemps pour prendre pleinement conscience de l’absence de distorsion dans son œuvre »" David Hockney

Une nuit à l'opéra

La musique classique et l’opéra sont, pour David Hockney, des sources d’inspiration et des terrains de jeu. Son amour de l’opéra l’amènera à peindre, en 2012, le rideau de l’Opéra de Vienne (Staatsoper)

The Rake’s Progress

Créé en 1951, l’opéra libertin de Stravinsky a longtemps été rejeté par les spécialistes qui le jugeaient rétrograde. Fan d’opéra, David Hockney réalisa, pour sa première expérience au théâtre, en 1975, les décors et les costumes de cette production. "« D’emblée, David a semblé comprendre l’ironie et la satire sociale du livret. J’ai pensé qu’il serait très à l’aise avec les problèmes intellectuels et moraux évoqués » "dit David Cox, le metteur en scène qui, le premier, fit appel à David Hockney. Coup d’essai, coup de maître.

The Color of Music

Ce film, malheureusement introuvable, revient sur le travail que David Hockney a développé pour l’opéra pendant une vingtaine d’années. "« La poésie est pour moi supérieure à la prose, et la poésie mise en musique encore supérieure. C’est ce qu’est l’opéra pour moi. La plus grande des expériences »" David Hockney

Symphonie N°5 En Ut Mineur Op.67 (Transcription Pour Piano De Liszt)

Cette adaptation et son interprétation par Glenn Gould ont été choisies par David Hockney un jour qu'on l'invitait à choisir les disques qu'ils emporterait qur une île déserte. Amusant de penser qu’une des œuvres musicales les plus admirées par David Hockney a été composée par Beethoven, alors dans sa trentaine, à la période où sa surdité empirait. Handicap qui affectera également David Hockney, quasiment au même âge.

logo departement

Notre newsletter

MDDS - Médiathèque des Deux-Sèvres

298, Route de Coulonges

79000 Niort

Tél. : 05 49 26 28 20

 

28, rue des Epinettes

79100 Thouars

Tél : 05 49 66 09 60