Connexion

logomamediateque2

Médiathèque départementale des Deux-Sèvres

Jamaica Jamaica

4 thèmes | 12 oeuvres
Après celles consacrées à Miles Davis, Bob Dylan, l’Euro Punk, Great Black Music ou David Bowie, la Philharmonie de Paris accueille, jusqu’au 13 août, l’exposition Jamaica Jamaica ! de Marley aux deejays. L’occasion pour nous de vous proposer un petit tour de l’île en douze étapes. Profitez-en pour retrouver la série Sound System sur arte creative.

De la musique pour cent ans

Mento, ska, rocksteady, reggae, dub, dance hall, l’art de la bidouille en studio, l’invention du dub, du remix et l’influence des sound systems - ces disco mobiles au son énorme qui faisaient danser les foules - on retrouve la trace de ces inventions dans toutes les musiques actuelles. Et pour longtemps encore.

Catch A Fire

Bob Marley n’a pas inventé le reggae, mais son charisme, ses talents de compositeur et le savoir-faire de Chris Blackwell, le fondateur d’Island Records, vont en faire l’emblème mondial qu’il est devenu. "« Il "(Bob Marley) "faisait confiance à mon intuition selon laquelle il valait mieux qu'il essaye de devenir une rock-star, plutôt que de devenir une star des radios noires américaines. Sa musique était brute, rugueuse et rythmée, à un moment où toute la musique noire, sauf James Brown, était douce et charmeuse. Bob m'a fait confiance là-dessus, il y croyait autant que moi »" Chris Blackwell The Telegraph

King Tubby Meets Rockers Uptown

King Tubby est un ingénieur du son considéré comme l’inventeur du dub, ce reggae ralenti, souvent instrumental, aux basses lourdes, lourdes, lourdes et sur lesquelles sont rajoutés des sons, instruments, bruits, cris, boucles… pour des mix qui peuvent s’étirer à l’infini. Le travail de King Tubby derrière sa console (que l’on peut découvrir dans l’exposition Jamaica Jamaica !) en fait l’un des pionniers de l’art du remix dont se sont emparé les rappers du Bronx et les DJ de la planète électro.

Heart Of The Congos

Lee « Scratch » Perry est connu et reconnu comme l’un des ingénieurs du son les plus inventifs, toutes catégories musicales confondues, un bricoleur de génie. Mais c’est aussi un producteur capable d’une infinie délicatesse. Les harmonies vocales de The Congos, le trio formé de Cedric Myton, Roydel Johnson et Watty Burnett, la douceur du mix, le charme des compositions, font de "Heart Of The Congos "l’un des cinq albums de reggae qu’il faut absolument posséder. On vous laisse choisir les quatre autres.

Ile de rêve ?

Plantée au sud de Cuba et à l’ouest d’Haïti, la Jamaïque, cette île à peine plus grande que la Corse, est devenue, en une cinquantaine d’années, une référence musicale planétaire. Pour preuve trente-cinq ans après sa mort, Bob Marley reste l’un des musiciens les plus connus dans le monde entier. Mais la misère n’est pas moins pénible au soleil, ni la violence moins meurtrière.

Jamaica Jamaica !

La Jamaïque est un iceberg tropical dont la partie émergée, le reggae de Bob Marley, dissimule une singularité qui va bien au-delà de la musique. Réunissant objets, images et films rares, cette exposition explore les multiples facettes de son histoire.

Brève Histoire de sept meurtres

Le 3 décembre 1976, à la veille d’un concert qu’il doit donner pour que cesse la guerre que se livrent, via des bandes rivales armées, les deux principaux partis politiques en activité, Bob Marley est victime chez lui d’une attaque à main armée dont il réchappe par miracle. Cette histoire vraie est le point de départ du roman fleuve de Marlon James (Man Booker Prize 2015) qui retrace cinquante ans d’une histoire où se télescopent : politique, banditisme, misère, trafics, violence… des années soixante-dix à nos jours. Le roman que James Ellroy aurait pu écrire s’il était né en Jamaïque.

  Livre Fiction
Brève histoire de sept meurtres
Auteur: James, Marlon (1970-....)
Edition: Albin Michel
Collection: Terres d'Amérique

James Bond 007 contre Dr No

C’est la première apparition au cinéma de James Bond, le personnage imaginé par Ian Fleming, qui s’installa sur l’île dès 1946 où il écrira les quatorze aventures de 007. ""I have made up my mind. I am going to live the rest of my life in Jamaica"". Dans "James Bond 007 contre Dr No, "James – Sean Connery – se rend donc en Jamaïque pour découvrir l’assassin d’un agent secret anglais, et Ursula Andress sort de l’eau avec son petit filet plein de coquillages… Petite anecdote, Chris Blackwell, le futur producteur de Bob Marley, fut assistant de production sur le film.

Kingston on Thames

Le reggae fut pour The Clash, PIL, The Ruts, The Police, Nina Hagen, La Mano Negra, Alpha Blondy, Tiken Jah Fakoly, Groundation et des centaines d’autres, ce que le blues fut aux Rolling Stones et à tous les groupes des années soixante et soixante-dix. A la fin des années soixante-dix, le reggae donna un second souffle aux fulgurances du punk et rechargea les batteries de la pop pour plusieurs décennies.

Cut

Produit par Dennis Bovell (l’homme derrière Linton Kwesi Johnson) The Slits, un trio féminin et féministe emmené par Ari Up, qui n’a que quatorze ans à la formation du groupe, enregistre "Cut," douze titres qui mélangent le chant atypique et haut perché de Ari Up, les guitares primaires et syncopées de Viv Albertine, et un reggae rêche, teinté de dub, marqué par une basse omniprésente. Un album qui fait plus penser au reggae expérimental de PIL qu’à Bob Marley, mais qui reste un classique régulièrement rangé parmi les albums importants de cette époque.

New Chapter

"New Chapter, "le troisième album d’Aswad, est celui qui illustre le mieux la richesse du groupe, capable de faire se côtoyer rythmique lourde, vocaux aériens qui s'inspirent des grands groupes soul, cuivres ciselés et déjà quelques sons de batterie électronique. Un mélange qui porte Aswad aux portes du cross-over, une recette qui en fit, jusqu’aux années 2000, le groupe de reggae anglais le plus populaire.

More Specials

Le courant ska qui marqua le début des années quatre-vingt fut bien plus qu’une simple mode qui recyclait les garde-robes 60’s. Electrisés par l’énergie du punk, les groupes comme Madness, The Selecter, The Beat, exprimaient la rage de la jeunesse contre la politique ultra-libérale de Margaret Thatcher. The Specials, fut le porte-drapeau de ce courant, et leur album "More Specials," grâce notamment aux talents de musicien hors pair du clavier Jerry Dammers, reste un album que l’on peut réécouter sans se lasser.

  CD
More Specials
Auteur: Specials (The)
Edition: EMI

Over seas

C’est Eric Clapton qui, en 1973, avec sa reprise de "I Shot The Sheriff" sur son album "461 Ocean Avenue", ouvrit les oreilles du public blanc amateur de rock, aux subtilités du reggae. Par la suite, que ce soit pour y enregistrer, retrouver l’inspiration ou puiser dans les catalogues des labels locaux, on ne compte plus les artistes qui posèrent leurs valises à Kingston. Les Rolling Stones qui commencèrent à fréquenter l’île en 1972 et firent de Peter Tosh, l’ex-compagnon de route de Bob Marley au sein des Wailers, l’un des rares artistes signés sur leur label pour lequel il enregistra trois albums. Le titre "(You Gotta Walk And) Don’t Look Back" est une reprise d’un morceau des Temptations, enregistré en duo avec Mick Jagger.

Wingless Angels

Keith Richards tomba amoureux de la Jamaïque en 1972 quand les Rolling Stones y enregistrèrent l’album "Goat's Head Soup." Il y acheta une maison à Ocho Rios où il fit la connaissance d’un groupe conduit par Justin Hinds, une légende du ska des années soixante. Des années plus tard, Keith enregistra le groupe dans son propre jardin, y ajouta quelques légères pistes de guitare et sortit le disque sur son propre label. Percussions traditionnelles, harmonies vocales et chant de criquets donnent à cet album un charme qui invite à la contemplation.

Aux armes et cætera

C’est son producteur Philippe Lerichomme qui eut l’idée d’emmener Gainsbourg en Jamaïque. Avec la fine fleur des musiciens de l’île (Sly Dunbar, Robbie Shakespeare, Mikey « Mao » Chung, les I-threes), le créateur de "Je t’aime moi non plus", allait, pour la première fois rencontrer un énorme succès commercial en France en tant qu’interprète de ses chansons. Sa reprise de "La Marseillaise" déclencha un scandale et une manifestation de militaires parachutistes à Strasbourg en 1980 où son concert dut être annulé. Mais au-delà de la polémique, "Aux armes et caetera" reste un somptueux album de reggae.

Hurvin Anderson : Reporting Back

La Jamaïque ne produit pas que des musiciens et des sprinteurs. Hurvin Anderson, peintre anglais, né en 1965 à Birmingham de parents jamaïcains, est l’un des artistes importants de sa génération. Sa peinture figurative, parfois à la limite de l’abstraction et dont les thèmes reflètent ses origines, n’est pas sans rappeler celle de Peter Doig ("100 Years Ago" Centre Pompidou) qui fut son professeur au Royal College of Art in London. Il est représenté par la galerie Michael Werner.

logo departement

Notre newsletter

MDDS - Médiathèque des Deux-Sèvres

298, Route de Coulonges

79000 Niort

Tél. : 05 49 26 28 20

 

28, rue des Epinettes

79100 Thouars

Tél : 05 49 66 09 60