Connexion

logomamediateque2

Médiathèque départementale des Deux-Sèvres

L'esprit du Bauhaus

4 thèmes | 13 oeuvres
Le Bauhaus est une école d’arts appliqués créée par Walter Gropius en 1919. L’objectif est d’abolir les frontières entre art, artisanat et industrie. Pour y parvenir Walter Gropius invite des professeurs et des maîtres d’ateliers (Vassily Kandinsky, Paul Klee, Laszlo Moholy-Nagy…) à travailler ensemble, sans hiérarchie. Le Musée des Arts Décoratifs présente, jusqu’au 26 février 2017, "L’esprit du Bauhaus", une exposition qui retrace l’histoire de ce mouvement, véritable colonne vertébrale de l’architecture moderne et du design. Un voyage aux racines de la modernité.

Artisanat ou art

Pendant des siècles, l’art fut jugé supérieur à l’artisanat : l’idée de Walter Gropius, fut d’abolir cette hiérarchie. À Moscou, à la même époque, une autre école tente la même approche, les "Vuthemas". Les multiples réalisations des Ateliers Jean Prouvé, ingénieur de formation, illustrent à merveille ce que l’abolition des frontières entre les disciplines ont apporté à notre quotidien.

L’Esprit du Bauhaus

Son idée de mélanger l’art et la technique, Gropius l’a trouvée dans l’œuvre de William Morris qui a ouvert la voie en Angleterre au XIXe siècle. Mais le Bauhaus s’inscrit aussi dans « une lente cristallisation » des mouvements qui ont agité les milieux  des arts décoratifs du début du XXe. Le Bauhaus, c’est une société où tous les artistes et artisans travaillent ensemble dans le but de la construction comme à l’époque des cathédrales.

Vhutemas : Moscou 1920-1930

Les Vhutemas (Ateliers supérieurs d’art et de technique), école créée en 1920 à Moscou, est le pendant soviétique du Bauhaus. Moins connues, les Vhutemas et son cortège de professeurs prestigieux parmi lesquels Alexandre Rodtchenko, Vladimir Tatline ou El Lissitzky (qui, comme Kandinsky, enseignera également au Bauhaus), vont participer à l’avènement de l’architecture moderne et à ce qui deviendra le "design". « "Ces deux écoles encouragèrent l’émergence de pratiques artistiques et professionnelles inédites élaborées lors du processus même d’enseignement "».

La bande du Bauhaus

Le Bauhaus est une aventure collective menée par des individualités fortes. "La bande" "du Bauhaus", est une sorte de biographie de groupe construite autour du quotidien de Walter Gropius (et sa maîtresse Alma Mahler, la femme de Gustav Malher), Paul Klee, le cuisinier de la bande, Vassily Kandinsky, qu’on retrouve aussi à Moscou aux Vhutemas, Ludwig Mies van der Rohe, directeur de l’école de 1930 à sa fermeture en 1933, et le couple Anni et Josef Albers, un des concepteurs de l’art optique ou Op Art. Pas étonnant qu’il y ait eu quelques frictions au sein de l’école…

Faire et construire

Très imprégné par l’esprit constructiviste, le Bauhaus a aidé l’architecture moderne à éclore. Ce mouvement fut aussi une matrice d’où sortirent des approches nouvelles, notamment sur le rôle sociale de la construction, les matériaux à utiliser, leurs usages…  En faire la liste revient à écrire un long poème à la gloire des polymères...

Le Corbusier (1887-1965) : un lyrisme pour l’architecture de l’ère mécaniste

En 1910, Le Corbusier se forme dans l’atelier de Peter Behrens, architecte et pionnier du design industriel ; il y rencontre Mies van der Rohe et leur chef de bureau Walter Gropius : deux des têtes du futur Bauhaus. Le Corbusier lance en 1922, sa « machine à habiter » ; en écho, Oskar Schlemmer, chef d’atelier au Bauhaus, écrit : « Au lieu des cathédrales, des machines à habiter. » Jean-Louis Cohen a créé la Cité de l’Architecture à Paris. Les détracteurs de l’architecture moderne en veulent au Corbusier et à Gropius : parfois les détracteurs suivent les mauvais sillons...

Jean Prouvé Designer

Jean Prouvé n'est pas seulement architecte, ou ingénieur ou designer, mais tout cela à la fois. Sa « pensée constructive » basée sur une logique de fabrication fonctionnelle génère une esthétique épurée, que n’aurait pas renié le Bauhaus. Le colloque de Nancy « Jean Prouvé Designer » met en valeur le designer, entre l’architecte et l’ingénieur. Logique car Prouvé conçoit des meubles et immeubles dans un même principe constructif. A noter que Jean Prouvé fut le président du jury qui choisit le projet de Piano et Rodgers pour le Centre Pompidou.

Matériaux & design produit

Pour créer un produit, un designer peut utiliser au choix : bois tendres, bois durs, fibres, substances animalières, plantes, polymères industriels, métaux non ferreux, ferreux... C’est ce que montre le long sommaire du livre "Matériaux & design" "produit" de Chris Lefteri, autorité en la matière. Il cite Ezio Manzini, stratège du design durable : « tenter de définir les matériaux et de suivre leur évolution, c’est comme vouloir prendre une photo de famille alors que personne ne reste en place ». Une famille où personne ne reste en place, quelle belle définition du "Bauhaus" !

Une certaine idée de la modernité

Le Bauhaus, la revue "De Stijl, "Malevitch et les Vhutemas ont allumé la mèche d’une modernité qui donnera toute sa puissance après la deuxième guerre mondiale. Terence Conran, le fondateur d’"Habitat", cite ces mouvements comme une source d’inspiration majeure. Mais il fallait un poète, Jacques Tati, pour capter le design à l’état gazeux, et nous faire hurler de rire devant ce qu’est devenue notre société tellement moderne et fière de l’être.

Mondrian / De Stijl

"De Stijl" est une revue « constructiviste », fondée en 1917 par le hollandais Theo van Doesburg, qui juge la machine indispensable dans l’art. Les rapports entre van Doesburg et le Bauhaus sont électriques : il s’oppose à Itten, l’un des premiers professeurs, pour prendre sa place, ce que Gropius refuse. Mauvais joueur, via "De Stijl", il critique : « au cimetière de Weimar, il y a une institution expressionniste dirigée par Gropius ». Mondrian, artiste moderne majeur, collabore avec "De Stijl", puis se dispute avec van Doesburg. Pas facile, van Doesburg !

Malevitch : Aux avant-gardes de l’art moderne

Au sein du Bauhaus il y a le CURI, Construction utilitaire rationnelle internationale, un groupe formé par Molnar, en contact avec la principale revue d’avant-garde viennoise "Ma" (Aujourd’hui). Molnar admire Kasimir Malevitch, grand théoricien moderne qui ne pouvait que séduire les esprits échauffés du Bauhaus. Devant la série des "Cathédrales" de Monet, Malevitch a dit : « la peinture pousse sur la toile ». Transposons son idée dans l’univers du Bauhaus : les matériaux poussent sur la construction. C’est le credo de Gropius.

Play Time

Lancée par le Bauhaus, l’architecture moderne s’est laissée griser par les gratte- ciel pleins de surfaces vitrées et la vie pleine d’automatismes ; une vie invivable mais dont les ressorts comiques sont inépuisables, comme Jacques Tati en fait la démonstration dans son film "Play Time". Acclamé aujourd’hui, le film fait un bide à sa sortie et est considéré comme un « navet monumental » par Henry Chapier. Tati met dix ans à s’en remettre, pendant lesquels il tourne "Trafic". Que faire d’autre ?

Inspirations

En 1964, le britannique Terence Conran a lancé "Habitat" à Londres, dans le quartier de Chelsea. Il dit à l’époque : « L'étude du Bauhaus et de l'œuvre de William Morris avait modelé mon approche du design, et forgé ma croyance en l'importance de rendre le design accessible à tous. » Dans sa maison, Barton Court, il trouve ses nombreuses "Inspirations", d’où le titre de cet ouvrage, autobiographique. Sir Terence Conran travaille donc dans sa maison dans le but d’aider les gens à aménager la leur : normal.

Une idée qui résonne

Le Bauhaus et son frère ennemi "De Stijl" ont inspiré nombre de nos contemporains dans des domaines très variés ; le groupe rock "White Stripes", dont le deuxième CD s’appelle "De Stijl "; le groupe rock "Bauhaus" qui a mis le feu à la scène gothique anglaise, ou encore Yves Saint-Laurent et sa robe Mondrian. « Les modes passent, le style est éternel ».

De Stijl

Deuxième album du duo Jack et Meg White, "De Stijl" est remarquable tant sur le plan musical que dans son emballage. Le son de guitare de Jack, sale, rugueux à souhait, rappelle les grands pionniers du blues électrique comme Blind Willie McTell, à qui l’album est dédié. La pochette et le livret portent la signature "De Stijl". Jack White admire le travail de Gerrit Rietveld, l’auteur de la "Chaise rouge et bleue". Si l’on regarde attentivement toutes les pochettes des White Stripes, on constate qu’ils en soignent le graphisme, même si avec l’opus "De Stijl", ils passent aux soins intensifs...

Singles (1979-1983) - volume 2

En 1978, trois lycéens font du rock au lycée, à Northampton, leur groupe : "The Craze". Il leur manque un chanteur. Peter Murphy arrive avec son look, sa présence scénique et sa voix à la Bowie. Ils admirent le Bauhaus, sa modernité, son minimalisme de formes et de couleurs. Ensemble ils se rebaptisent "Bauhaus 1919", puis suppriment 1919. En 1982, ils reprennent "Ziggy Stardust ": à faire pâlir l’original !

Saint Laurent

Yves Saint Laurent, qui puisait aussi son inspiration dans l’œuvre d’artistes comme Poliakoff, ou Nicolas de Staël, disait : « Les modes passent, le style est éternel ». En 1966, sa robe Mondrian, en l’honneur du peintre Piet Mondrian collaborateur de la revue "De Stijl", va révolutionner la mode par la simplicité de sa forme et son design qui la rapprochent des costumes imaginés au Bauhaus. Les modes passent…

logo departement

Notre newsletter

MDDS - Médiathèque des Deux-Sèvres

298, Route de Coulonges

79000 Niort

Tél. : 05 49 26 28 20

 

28, rue des Epinettes

79100 Thouars

Tél : 05 49 66 09 60