Connexion

logomamediateque2

Médiathèque départementale des Deux-Sèvres

Joie de vivre

5 thèmes | 15 oeuvres
Quand la joie est là, la vie est plus belle, ou moins affreuse. La vidéo de présentation de l’exposition "Joie de vivre" au Palais des Beaux-Arts de Lille montre Gene Kelly qui danse et chante sous la pluie. Meilleur moteur de la vie, la joie inspire les artistes, émane de la vie des moines, fait réfléchir les philosophes. L’époque est volontiers au cynisme, à la déprime, au repli sur soi. La joie de vivre suppose le partage : voici un parcours à partager sans retenue.

Jaillissement

« "Cache ta joie" » est ce qu’on dit à quelqu’un qui manque d’enthousiasme. Les chansons du disque de Mika jaillissent comme une fontaine, comme jaillissent la vitalité des Nanas de Nikki de Saint Phalle ou la poésie des toiles de Matisse. Il est difficile d’expliquer simplement ce qu’est la joie de vivre, mais une chose est sûre, quand elle jaillit, la joie d’une œuvre aide à vivre.

Nikki de Saint Phalle

C’est peut-être parce qu’elle a abordé l’art en autodidacte qu’on sent dans l’œuvre de Nikki de Saint Phalle un appétit de vie qui s’affranchit de toute retenue. Ses "Nanas" aux couleurs éclatantes et aux formes exubérantes qui défient les lois de l’équilibre et la grisaille des villes en sont l’expression la plus éclatante. Quelle joie ! Impossible de les regarder, de tourner autour, sans aussitôt sentir se dessiner un sourire sur nos lèvres et de se mettre à danser sans même craindre le ridicule !

Life In Cartoon Motion

Mika est « "né dans un berceau à paillettes disco ou dans une lampe d’Aladin" » écrivait Les Inrockuptibles en 2007 à la sortie de son premier album, "Life In Cartoon Motion". Influencé par Freddy Mercury, les Bee Gees, Mickael Jackson, Prince... Mika joue et chante d’une manière qui ne ressemble à rien de connu. Pour ne pas laisser planer le doute, le dessin de la pochette est à l’image de sa musique, follement joyeux. Un vrai remède contre la sinistrose.

Matisse : Voyage en Polynésie

« "Je plongeais la tête dans l'eau, transparente sur le fond absinthe du lagon, les yeux grands ouverts et puis brusquement je relevais la tête au dessus de l'eau et fixais l'ensemble lumineux des contrastes... "» Ainsi s’occupe Matisse en Polynésie en 1930. Paule Laudon suit le peintre pendant son séjour où il assimile peu à peu l’étrangeté de l’île. À son retour son énergie va jaillir et son œuvre bouleverser l’art moderne.

Joie de l’art

« "L’art est la joie des hommes libres" » écrivait Aristote à une époque où les esclaves n’avaient pas accès à l’art. Aujourd’hui, c’est normalement plus simple et l’exposition Joie de vivre est ouverte à tous. L’art est joyeux dans les peintures de l’exposition, comme il est joyeux dans le final du film La vie est belle, ou dans le premier disque de Mika. Une joie qui donne du souffle à l’art à moins que ce ne soit l’inverse.

Joie de vivre

Un soleil en néon brille sur le mur de l’accueil du musée des Beaux-Arts de Lille, il annonce l’exposition "Joie de vivre". Comment se traduit la joie dans l’art ? Par le dynamisme, la couleur, par la représentation des petits bonheurs, de l’amour, de l’amitié... Et par le rire aussi. Comme le prouve le catalogue où Gaspard Proust, adepte d’un humour caustique, est interviewé par Bruno Girveau, le directeur du musée. Première question : « "Êtes-vous heureux de vivre ?" ». Sacrée question !

La vie est belle

Le soir de Noël, George Bailey, un homme simple et gentil mais désespéré, tente de se suicider. Clarence, un ange, l’en dissuade en lui montrant ce que deviendrait la ville qu’il habite s’il allait au bout de son geste. Tout ne serait que tristesse. L’histoire de la vie de Bailey tient du manifeste : le faible courageux essaie de résister aux excès des puissants. "La vie est belle", est un chef-d’œuvre de tendresse et d’humanisme.

Life In Cartoon Motion

Mika est « "né dans un berceau à paillettes disco ou dans une lampe d’Aladin" » écrivait Les Inrockuptibles en 2007 à la sortie de son premier album, "Life In Cartoon Motion". Influencé par Freddy Mercury, les Bee Gees, Mickael Jackson, Prince... Mika joue et chante d’une manière qui ne ressemble à rien de connu. Pour ne pas laisser planer le doute, le dessin de la pochette est à l’image de sa musique, follement joyeux. Un vrai remède contre la sinistrose.

Joie populaire

Lorsqu’une œuvre associe la simplicité du sujet et le talent de l’artiste, elle atteint une dimension qui fait d’elle un chef-d’œuvre. Une œuvre où s’exprime la joie populaire touche une partie de la société que la culture plus élitiste n’atteint pas : le public de l’opérette n’est pas celui de l’opéra et l’atmosphère magique qui règne dans un immeuble populaire est un sujet qui a de quoi bouleverser tout le monde. Même les élites.

La vie est belle

Le soir de Noël, George Bailey, un homme simple et gentil mais désespéré, tente de se suicider. Clarence, un ange, l’en dissuade en lui montrant ce que deviendrait la ville qu’il habite s’il allait au bout de son geste. Tout ne serait que tristesse. L’histoire de la vie de Bailey tient du manifeste : le faible courageux essaie de résister aux excès des puissants. "La vie est belle", est un chef-d’œuvre de tendresse et d’humanisme.

La vie devant soi

Madame Rosa, ancienne prostituée, a recueilli le petit Mohamed, Momo, dans son appartement en haut d’un immeuble à Belleville ; elle est fatiguée et souvent triste. Mais Momo est plein d’énergie et d’attentions pour elle. Dans l’immeuble, ils sont entourés par des voisins cabossés par la vie pour qui l’entraide est une évidence. Ce roman d’Emile Ajar, alias Romain Gary, dégage une irrésistible joie de vivre.

Vive Offenbach !

Offenbach (1819-1880) a fait de la légèreté un art en créant l’Opéra bouffe Inspiré par Rossini et Mozart, il compose "Orphée aux Enfers", son premier succès, puis "La Belle Hélène", "Les Contes d’Hoffman", "Les Brigands"... Les chansons de ce CD sont irrésistibles. Aucun doute, l’Opérette, ce n’est pas Hamlet !

Joie spirituelle

Un artiste utilise son énergie spirituelle pour construire son œuvre, un penseur aussi. Un moine bouddhiste fait lui, modestement, de sa vie une œuvre. L’artiste joue avec la matière, il lui arrive parfois d’en rire. Le philosophe s’intéresse sérieusement à la joie qui est souvent plus douce que le rire. A chacun sa voie.

Joie de vivre

Un soleil en néon brille sur le mur de l’accueil du musée des Beaux-Arts de Lille, il annonce l’exposition "Joie de vivre". Comment se traduit la joie dans l’art ? Par le dynamisme, la couleur, par la représentation des petits bonheurs, de l’amour, de l’amitié... Et par le rire aussi. Comme le prouve le catalogue où Gaspard Proust, adepte d’un humour caustique, est interviewé par Bruno Girveau, le directeur du musée. Première question : « "Êtes-vous heureux de vivre ?" ». Sacrée question !

Le Bonheur, désespérément

André Comte-Sponville, dont l’œuvre philosophique est consacrée à l’étude du bonheur, a participé à la préparation de l’exposition Joie de vivre. Dans le titre de son livre, "Le Bonheur, désespérément", il explique que le désespoir est à comprendre comme l’absence d’espoir, qu’il appelle un « gai désespoir » et qui n’a rien de sinistre. Selon lui encore, le sage n'a plus d'espoir, il est alors dans un état de béatitude, de bonheur suprême. Quelle joie !

Les Moines et Moi

« "Restez en bonne santé. Soyez joyeux. Ne vous forcez pas à faire ce que vous ne pouvez pas faire" » dit Bouddha à Mary Paterson, le 7ème jour de sa retraite dans un monastère bouddhiste. Elle s’y est réfugiée à l’annonce de la mort de son père. Dans ce livre, elle raconte en 40 chapitres son passage de la tristesse à la joie de vivre. Mary Paterson est professeur de yoga ; elle a donc une longueur d’avance pour apprécier les bienfaits de la méditation. Mais Bouddha est très clair : personne ne doit viser l’exploit !

L’énergie vitale

L’énergie vitale est un élément essentiel de la joie de vivre et celui qui arrive à la libérer a toutes les chances d’être heureux. Alors, danser avec grâce malgré un physique ingrat, rester au lit pour jouer de la musique ou se jeter avec élégance contre un mur pour faire rire, peu importe pourvu qu’on libère sa vitalité. Si elle est intense, quel que soit le moyen d’expression, la joie sera au rendez-vous.

Nikki de Saint Phalle

C’est peut-être parce qu’elle a abordé l’art en autodidacte qu’on sent dans l’œuvre de Nikki de Saint Phalle un appétit de vie qui s’affranchit de toute retenue. Ses "Nanas" aux couleurs éclatantes et aux formes exubérantes qui défient les lois de l’équilibre et la grisaille des villes en sont l’expression la plus éclatante. Quelle joie ! Impossible de les regarder, de tourner autour, sans aussitôt sentir se dessiner un sourire sur nos lèvres et de se mettre à danser sans même craindre le ridicule !

Chantons sous la pluie

Le film dépeint joyeusement le Hollywood des années trente, au moment où le cinéma passe du muet au parlant. Bien sûr, Gene Kelly est rayonnant sous la pluie… Mais que dire de la performance de Donald O’Connor dans « "Make ‘Em Laugh" » ou du numéro où Debbie Reynolds rejoint la paire Kelly-O’Connor pour un « "Good Morning" » à faire danser un éclopé. "Singin’ In The Rain" est sûrement le meilleur exemple de ce que peut être un pur moment de légèreté au cinéma.

Alexandre le Bienheureux

Cultivateur dans la Beauce, Alexandre a chaque jour une liste de travaux démesurés ordonnés par sa femme. Un beau jour, celle-ci meurt. Veuf, Alexandre décide alors de profiter de la vie notamment en passant beaucoup de temps dans son lit... Ce film d’Yves Robert réalisé en 1968 met à mal la notion même de travail en montrant qu’un homme est plus joyeux au repos qu’à réaliser les 12 travaux d’Hercule. Révolutionnaire !

logo departement

Notre newsletter

MDDS - Médiathèque des Deux-Sèvres

298, Route de Coulonges

79000 Niort

Tél. : 05 49 26 28 20

 

28, rue des Epinettes

79100 Thouars

Tél : 05 49 66 09 60