Connexion

logomamediateque2

Médiathèque départementale des Deux-Sèvres

C’est Carnaval !

5 thèmes | 15 oeuvres
Rio, Venise, Dunkerque, Nice... "Come with me to the carnival and you will see what you want to see, exactly what you want to be" (Venez avec moi au carnaval et vous verrez tout ce que vous voulez, ce que vous voulez être) chante Clapton sur son album No reason to cry. Ces paroles sommaires – la musique est endiablée – montrent que le carnaval est un langage de signes qui dépasse la limite des mots, avec sa fanfare, ses géants, ses carnavaleux, tout cet esprit qui n’existe que par la magie d’un moment où chacun aspire à laisser vivre l’autre caché en lui. Le carnaval, le mieux c’est d’y aller pour voir, par exemple, le lancer de harengs à Dunkerque. Se l’imaginer ne suffit pas...

Aux origines du carnaval

Carnaval vient du latin carnelevare, c’est-à-dire de carne – viande – et de levare – enlever : enlever la viande, ne plus en manger, ce qui a longtemps caractérisé le Carême chrétien qui suit le carnaval. Mais l’idée d’inverser la hiérarchie sociale, caractéristique du chaos carnavalesque, est babylonienne. Jean Bart et le danger de la mer avec la pêche en Islande planent sur les carnavals du nord. Au Carnaval de Rio, c’est le mythe d’Orphée et Eurydice que revisite le film "Orfeu negro".

La Folie Carnaval

Les 50 plus belles histoires Depuis longtemps, l’idée d’inverser la hiérarchie donne son sens au carnaval qui, le temps d’une parenthèse, libère l’énergie primale pour qu’au dehors règne l’indispensable ordre social. L’ancêtre du carnaval serait les Sacées, décrites dans "Babyloniaca" par le prêtre babylonien Bérose : les serviteurs donnent des ordres à leur maître, un prisonnier devient roi, mange avec ses épouses. Savez-vous ce qu’est un carnaval à la noix ou comment transformer le paiement de l’impôt en une fête avec les meuniers de Limoux ? Non ? Alors lisez ce livre...

Pêcheur d’Islande

Si "Pêcheur d’Islande" contient des descriptions de carnaval avant le départ à la pêche, et si certains ont besoin du carnaval pour retrouver une énergie vitale, en se maquillant, chantant, dansant, riant et buvant, l’essentiel de son énergie, Yann la trouve en mer, pour le plus grand malheur de Gaud qui l’épouse avant son départ sur La Léopoldine. « Une nuit d’août, là-bas, au large de la sombre Islande, au milieu d’un grand bruit de fureur, avaient été célébrées ses noces avec la mer. » Loti chante le forçat de l’amour de la mer !

Orfeu Negro

Eurydice est belle, elle vient de la campagne, Orphée est chauffeur de tramway à Rio, il la rencontre au terminus. Le carnaval se prépare. Il va se marier avec Mira, mais l’officier d’état civil plaisante sur le mythe d’Orphée et Eurydice. Cela suffit à allumer la mèche de ce film tout en rythme dans la nuit, avec la mort grimée, la jalousie qui rôde, l’innocence des enfants qui croient que le soleil se lève en musique, et Orphée qui aime à en mourir. Ce film a 57 ans et pas une ride !

Carnaval, nous voilà !

Loin, bien loin du maréchal, avec une pensée pour Gainsbourg dont Le poinçonneur des Lilas a « dans la tête un carnaval de confettis » : voilà quelques pensées de Guyane, où le carnaval devient l’objet de mûres réflexions ; voilà le penseur en chef de la cause carnavalesque, Mikhaïl Bakhtine ; voilà les amis des enfants, les animaux, dont la vie rêvée par Francis Blanche, qui les imagine au carnaval, est racontée par François Morel.

Penser le carnaval

Variations, discours et représentations « Une sorte de foyer virtuel auquel il nous est indispensable de nous référer pour expliquer un certain nombre de choses, mais sans qu’il ait jamais d’existence réelle » : cette citation de Levi-Strauss, sur l’identité, sert de clef pour aborder le masque, donc la possibilité de devenir autre, avec le mythe du Touloulou, un personnage fantasque, enjoué, moqueur. Le Carnaval de Cayenne sert de cadre à l’étude. Réflexion poivrée !

L’œuvre de François Rabelais

La culture populaire au Moyen Âge et sous la Renaissance « Pendant le carnaval, c’est la vie même qui joue et pendant un certain temps, le jeu se transforme en vie même », dit Bakhtine, le penseur reconnu du carnaval, qui parle du rire carnavalesque et de son langage dont "Gargantua", qu’il a étudié de très près, est truffé. Quand il ajoute : « pendant toute la durée du carnaval, personne ne connaît d’autre vie que celle du carnaval », on voudrait lui dire, qu’entre temps, les mms ont été inventés pour envoyer en temps réel à ceux qui n’y sont pas, l’image du carnaval. À quand le smartphone carnavalesque qui enverra des photos d’où jailliront des confettis ?

Le carnaval des animaux

François Morel raconte une histoire de Francis Blanche qui présente les animaux se préparant pour le carnaval : « le lion est très britannique » ; « les tortues dansent le cancan » ; « les éléphants sont des enfants qui font tout ce qu’on leur défend » ; « l’âne s’est mis un bonnet d’homme ». Les illustrations d’Emmanuelle Houdart sont débridées entre l’homme et l’animal ; Camille Saint-Saëns compose une fantaisie en 1886, pour le Carnaval de Paris, à l’époque où il était célèbre. Le résultat est une perle !

  Livre-CD
Le carnaval des animaux
Auteur: Saint-Saëns, Camille (1835-1921)
Edition: T. Magnier
Collection: Livre-CD

Le carnaval de l’intérieur

La vie du carnaval est presque aussi structurée que celle des moines ! Blague à part, le carnaval est une dynamo qui produit de l’énergie festive quand les moines produisent de la prière. Les carnavaleux sont la cheville ouvrière du carnaval qui anime les fameux chahuts. Le carnaval est un espace-temps dans lequel chacun apprend à jouer avec le mystère où l’entraîne son masque et à jouir avant le gong, car après... c’est fini pour cette année !

Les carnavaleux

Avec des textes de Richez, des dessins de Bloz (tous deux du nord), cette BD fait entrer obligatoirement dans l’esprit du carnaval. Dès la première page, le ton est donné en chansons : « Rosalie t’as pissé dans ton lit », « Chantal t’as mis ton doigt dans mon trou d’balle », mais l’essentiel commence page 4, quand un carnavaleux se déguise en demandant la culotte de sa copine, puis conclut son habillage sous l’œil de sa mère. La caresse de la foule carnavaleuse vient de cette métamorphose méticuleuse d’homme en femme. À Dunkerque, la foule est douce...

Karnaval

Marseillais, Larbi retourne dans sa ville car il n’a plus de travail à Dunkerque, quand, à la gare, il rencontre Béa qui raccompagne son mari bourré à la fin d’une soirée de carnaval. Ils se plaisent, elle vit cette passion le temps du carnaval, tandis que lui se met à rêver au-delà de la limite où son ticket ne sera plus valable... La tension de leur passion (car le mari souhaite le rester) pimente ce film débordant de l’énergie carnavalesque des carnavaleux. Quand on essaye de transgresser ce qui est déjà une transgression, ça disjoncte... Le prochain carnaval remettra le compteur en marche !

Faces – Visages maquillés du Carnaval de Venise

Si Dunkerque est unique en son genre, à Rio on change d’échelle, mais à Venise on enlève l’échelle pour ne plus redescendre, une fois que les visages surgissent de l’ombre, entre la réalité et le fantastique, l’arrogance et la mélancolie. À travers les photos de Sergio Zaccaron, le Carnaval de Venise n’est pas si carnavalesque que ça. Il esquive la légèreté essentielle de la farce, car il ne peut se départir de ce que Venise sue : la gravité du mystère de la fin probable. Pas celle du Carnaval, non, celle de la ville !

  Livre doc
Faces
Auteur: Zaccaron, Sergio
Edition: Herscher

Le carnaval en fanfare

Si le carnaval exclut tout idée de compétition, la fanfare, qui en est un élément essentiel, existe en dehors et peut alors jouer à être la meilleure : c’est ce que tentent Les virtuoses pour sortir du cafard – "Brassed off" – titre original du film. Les musiciens de la fanfare d’Alexandrie mènent un autre combat contre l’ennui. Les fanfares, les bandes dans le nord, font partie d’une tradition, mais il arrive qu’une fanfare reprenne des airs de musique de maison, pardon, de house music...

Les virtuoses

Au nord de l’Angleterre, une mine va fermer. Parmi les mineurs, il y a le brass band qui brassera son désespoir s’il ne joue pas le jeu du championnat national des brass bands. La jolie Gloria allume la mèche de la gloire au bout du tunnel, mais le chef d’orchestre est attaqué par la silicose... La fanfare infuse lentement, dans chacun de ses cuivres, l’énergie vitale pour aller chercher la victoire et ne plus avoir le cafard. Seule la victoire est belle !

La visite de la fanfare

Confondant les panneaux Petah Tikvah et Bet Hatikvah, une fanfare classique de la police d’Alexandrie se retrouve dans un trou perdu, aux environs de Tel Aviv, alors qu’elle cherche un centre culturel. Les uniformes des musiciens sont aussi impeccables que l’endroit est nul, inanimé par des habitants qui vivent à petit feu. Que la fête commence ! Quelle fête ? Celle, surréaliste, du partage des instants de rien avec des gens qui se découvrent plus proches que prévu. Quand la fanfare enlève le fard de l’ennui...

Acid Brass

La house music a été inventée au Warehouse Club de Chicago, à la fin des 70’s par des DJ’s dont Frankie Knucles, le parrain de la House. "Acid Brass" est un CD du Williams Fairey Brass Band, une fanfare issue de la Fairey Aviation Compagnie qui participa à l’aventure du Concorde. À l’écoute de Can U Dance ?, Jibaro ou What time is love ? on entend que la house et le brass band sont des frères de sang qui se tombent dans les bras : les cuivres donnent tellement de souffle que leur rencontre a la saveur des moments où l’on s’embrasse. Bandant !

Le carnaval, c’est géant

Depuis 2005, l’Unesco considère les géants comme des chefs-d’œuvre du patrimoine culturel immatériel de l’humanité. Dans les carnavals du nord, les Flamands les appellent Reuze, les ch’tis, Gayant. Au XVIe siècle, Rabelais, le plus carnavalesque des romanciers français, a créé "Gargantua" et "Pantagruel" ; plus récemment, Yolande Moreau est tombée amoureuse d’un porteur de géants. Mais il existe aussi des géants hors carnaval, foi de "Royal de Luxe".

Gargantua

Rabelais, né vers 1490 et mort en 1553, fut moine, puis médecin, mais surtout, le génie qui inventa le roman avec "Pantagruel" et "Gargantua". Des classiques ? Prenons le chapitre VIII de "Gargantua" où l’on découvre son habillement (dont sa braguette abondamment décrite) et où Rabelais annonce un autre ouvrage "De la dignité des braguettes", avant de nous préciser plus loin que « sa bourse fut faite de la couille d’un éléphant ». Au chapitre XIII, il nous apprend à nous torcher le cul « de sauge, de fenouil, de marjolaine... ». C’est énorme !

Quand la mer monte

Le porteur de géants, Dries, assiste au spectacle Sale affaire, du crime et du sexe joué par Irène, alias Yolande Moreau. Et ils vont se rapprocher petit à petit pour s’aimer, ces cocos-là. Ce film est une merveille, car Yolande Moreau est une merveille d’actrice, un carnaval à elle seule. Son sourire est une suspension d’une infinie douceur, sa poésie est si pure que je l’imagine, réincarnée en albatros sur le pont du bateau de Baudelaire, subjuguant l’équipage, avec son âme de géant !

Royal de Luxe et le mythe du géant

Bakhtine le dit : « dans le carnaval, il n’y a pas de distinction entre acteurs et spectateurs ». Royal de Luxe n’est pas un carnaval, mais LA compagnie phare emmenée par Jean-Luc Courcoult, qui invente des spectacles de rue dont ces deux DVD donnent la mesure géante, puisqu’il s’agit du mythe du géant. Il naît au Havre, s’embarque en Afrique, a un enfant, petit géant noir, et revient au Havre le présenter à sa ville. Les machines de Royal de Luxe sont démesurées, à peine croyables ; elles invitent à se laisser bercer par ce souffle poétique très carnavalesque !

logo departement

Notre newsletter

MDDS - Médiathèque des Deux-Sèvres

298, Route de Coulonges

79000 Niort

Tél. : 05 49 26 28 20

 

28, rue des Epinettes

79100 Thouars

Tél : 05 49 66 09 60