Connexion

logomamediateque2

Médiathèque départementale des Deux-Sèvres

L’homme cinéma

5 thèmes | 15 oeuvres
Comme ces peintres qui sont aussi graveurs, sculpteurs, dessinateurs ou céramistes, Martin Scorsese passe de la réalisation d’un film de genre en décors naturels ("Mean Streets") à une fresque digne de Visconti ("Le Temps de l’innocence"), et enchaîne avec la production de documentaires musicaux ("Du Mali au Mississipi"). Conscient de la nécessité de transmettre les grandes œuvres du passé aux jeunes générations, il est aussi investi dans une fondation pour la restauration de ces films dont il connaît le moindre plan. La Cinémathèque Française rend hommage à l’un des génies du 7e art jusqu’au 14 février. Profitons-en !

Il était une foi

Né dans une famille catholique originaire de Sicile, le jeune Scorsese a envisagé un temps, très jeune, l’idée d’entrer dans les ordres. Si l’église a perdu un prêtre, le cinéma a gagné un de ses réalisateurs les plus talentueux dont l’œuvre ne cesse d’interroger la foi, la figure des saints (Saint François d’Assise notamment) ou encore le prix du péché ou celui à payer pour une rédemption.

Mean Streets

Charlie, un jeune truand de Little Italy obtient la gestion d’un restaurant pour le compte de la mafia. Il a pour « pire ami » Johnny Boy, un électron libre autodestructeur que Charlie, qui admire Saint François d’Assise, tente de protéger, d’autant qu’il est amoureux de la cousine épileptique de Johnny, ce que la « famille » voit d’un très mauvais œil. "Mean Streets", c’est la genèse du cinéma de Scorsese : mafia, ascension, chute, religion, rédemption, violence, New York et... Robert De Niro pour le premier des huit films qu’ils tourneront ensemble.

Silence

"Silence" raconte l’histoire de deux missionnaires jésuites portugais qui, au XVIIe siècle, se rendent au Japon pour y soutenir les chrétiens persécutés. Ils seront arrêtés par les autorités japonaises qui combattent la propagation de la foi chrétienne. Et condamnés à assister aux tortures infligées aux prêtres japonais qui ne cesseront que s’ils abjurent la religion chrétienne. L’adaptation de "Silence" par Martin Scorsese sortira en 2016.

J’irai au paradis

Bertrand Cardone (Daniel Duval) est un seigneur du « milieu » à la française. Son fils, François (Arnaud Giovaninetti), essaye de marcher dans ses pas. Après une fête où il sauve une jeune femme, François affublé de son homme de main Rufin (extraordinaire Gérald Laroche) réalise que le monde dans lequel il vit est pourri et suit les pas de la jeune femme, membre d’une association humanitaire. Truand, milieu, violence, ascension, chute, rédemption... Martin, sort de ce corps !

L’homme cinéma

Enfant asthmatique à la constitution fragile, Scorsese grandit plutôt dans les salles de cinéma que sur les terrains de sport. C’est là qu’il commence sa culture cinématographique qu’il ne cessera de cultiver et d’enrichir au point de monter la Film Foundation qui veille à la restauration et à la préservation des grands classiques de l’histoire du cinéma.

Un voyage avec Martin Scorsese

Martin Scorsese est l’un des derniers hommes-cinéma, cette espèce qui vit le 7e art 24 heures sur 24. Il en a écrit et réalisé parmi les plus belles pages (et continue de le faire) mais il en connaît également toute l’histoire, toutes les figures, toutes les œuvres. "Un voyage avec Martin Scorsese" nous offre en fait deux voyages : un premier dans le cinéma italien, l’autre dans le cinéma américain. Regard historique et subjectif sur les films qui ont nourri son imaginaire. Vu le résultat, on peut le suivre les yeux fermés...

La Chute de la maison Usher

« "Travailler pour Roger Corman en sortant de la fac à cette époque aux Etats-Unis, c’était la meilleure formation." » Martin Scorsese. Roger Corman est surtout connu pour avoir produit un nombre incalculable de films de séries B et pour avoir donné leur chance à Scorsese (qui réalisera "Boxcar Bertha" pour Corman en 1972), Coppola ou Ron Howard ("Appolo 13"). "La Chute de la maison Usher" est le premier des films réalisés par Corman, d’après l’œuvre d’Edgar Poe, une série avec laquelle il rencontrera une certaine reconnaissance en Europe.

Shadows

"Shadows" est l’histoire de deux frères et de leur sœur dans le New York de la fin des années 50, qui tentent de percer chacun dans son domaine. Problème majeur dans l’Amérique de l’époque, ils sont Noirs. Tourné avec des moyens rudimentaires en décors naturels avec des acteurs inconnus et une musique improvisée par Charles Mingus, "Shadows" est le film qui va montrer la voie de l’indépendance à la génération des cinéastes des années 60 et 70, Martin Scorsese en tête. C’est d’ailleurs Cassavetes qui le poussera à réaliser un film personnel. Ce sera "Mean Streets"...

Little Italy

Grandir à Little Italy dans les années 50 au sein d’une famille italienne, est une source d’inspiration sans fond pour un gamin souffreteux porté sur l’observation de la vie qui l’entoure. Ce théâtre et ses acteurs, Scorsese y reviendra sans cesse pour y puiser des histoires, des caractères, des situations. Même quand il délocalise ses histoires et ses personnages à Las Vegas ("Casino"), Little Italy imprègne encore le décor, transforme le paysage.

Un voyage avec Martin Scorsese

Martin Scorsese est l’un des derniers hommes-cinéma, cette espèce qui vit le 7e art 24 heures sur 24. Il en a écrit et réalisé parmi les plus belles pages (et continue de le faire) mais il en connaît également toute l’histoire, toutes les figures, toutes les œuvres. "Un voyage avec Martin Scorsese" nous offre en fait deux voyages : un premier dans le cinéma italien, l’autre dans le cinéma américain. Regard historique et subjectif sur les films qui ont nourri son imaginaire. Vu le résultat, on peut le suivre les yeux fermés...

Mean Streets

Charlie, un jeune truand de Little Italy obtient la gestion d’un restaurant pour le compte de la mafia. Il a pour « pire ami » Johnny Boy, un électron libre autodestructeur que Charlie, qui admire Saint François d’Assise, tente de protéger, d’autant qu’il est amoureux de la cousine épileptique de Johnny, ce que la « famille » voit d’un très mauvais œil. "Mean Streets", c’est la genèse du cinéma de Scorsese : mafia, ascension, chute, religion, rédemption, violence, New York et... Robert De Niro pour le premier des huit films qu’ils tourneront ensemble.

Sinatra a un rhume

Gay Talese est un journaliste vedette de la presse magazine américaine, de la génération des Tom Wolfe ou Hunter Thompson avec lesquels il partage cet art du reportage écrit comme de la fiction. "Sinatra a un rhume" est un recueil d’articles consacrés à quelques unes des grandes figures américaine de l’"entertainment" comme Joe Di Maggio, Floyd Patterson ou Frank Sinatra, personnage à la mesure de Scorsese qui rêve de lui consacrer un film depuis des années. Des bruits courent à Hollywood sur un possible biopic mais toujours rien à l’horizon sur « The Voice ». Sinatra/Scorsese... quelle affiche !

Nouvel Hollywood

Comme le reste de l’Amérique, Hollywood a été pris dans la tourmente de la fin des années 60. Puisque tout changeait, il fallait que le cinéma change aussi. Pour attirer un nouveau public, il fallait de nouveaux acteurs (De Niro, Nicholson, Pacino...), de nouveaux réalisateurs (Hopper, Coppola, De Palma, Cimino, Lucas...), des producteurs (Robert Evans, Bob Rafelson...) et leur laisser la bride sur le cou. Le Nouvel Hollywood, c’est cette période où les auteurs imposent leur cinéma. Et "Les Dents de la mer" surgirent des flots et tout rebascula du côté obscur de la force.

Les Infiltrés

Remake du remarquable film d’Andrew Lau et Alan Mak "Infernal Affairs" sorti en 2002, "Les Infiltrés" est un des plus gros succès de Scorsese, celui avec lequel il décrochera quatre Oscars en 2007 dont celui du meilleur réalisateur. Casting royal (Leonardo DiCaprio, Matt Damon et un Jack Nicholson au mieux de sa forme en chef de « famille » irlandais), pour cette histoire de flics : un premier, infiltré chez les truands (DiCaprio), un autre, au service de ces mêmes truands (Matt Damon). Ascension, trahison, chute, prix à payer, tous les thèmes chers à Scorsese sont réunis, sans oublier une bande son une fois de plus impeccable.

Le Nouvel Hollywood

A la fin des années 60, une génération de jeunes furieux va faire trembler Hollywood et le système de production des studios sur ses bases. Coppola, Lucas, Scorsese, Nicholson, De Niro, Pacino… cette génération élevée au rock’n’roll et à la Nouvelle Vague introduit la notion d’auteur et de production indépendante sous le soleil californien. Ce livre raconte cette folle histoire qui finit mal, dans la pure tradition des films de ce « Nouvel Hollywood » assassiné – involontairement ? – par deux de ses rejetons, les gentils Lucas et Spielberg...

Shadows

"Shadows" est l’histoire de deux frères et de leur sœur dans le New York de la fin des années 50, qui tentent de percer chacun dans son domaine. Problème majeur dans l’Amérique de l’époque, ils sont Noirs. Tourné avec des moyens rudimentaires en décors naturels avec des acteurs inconnus et une musique improvisée par Charles Mingus, "Shadows" est le film qui va montrer la voie de l’indépendance à la génération des cinéastes des années 60 et 70, Martin Scorsese en tête. C’est d’ailleurs Cassavetes qui le poussera à réaliser un film personnel. Ce sera "Mean Streets"...

Rock n’roll

Bercé par la musique italienne de ses parents, Scorsese tombe dans le rock quand il est adolescent. Depuis la passion continue de l’habiter puisque non content de concocter parmi les plus belles bandes son du cinéma, il produit et réalise régulièrement des documentaires sur les grandes figures du rock (Bob Dylan, George Harrison, Rolling Stones). « "La musique, c’est une lumière qui ne s’éteint jamais" » dit-il.

The Last Waltz

The Band est un des grands groupes de rock américain (bien que canadien), entre autres, compagnon de route de Dylan de 65 à 74. En 1976, le groupe décide de se séparer en donnant un grand concert auquel sont invités Clapton, Dylan, Neil Young, Ringo Starr, Muddy Waters, Neil Diamond... Pour immortaliser cet événement, le groupe confie la réalisation d’un petit film en 16 mm à Scorsese qui transformera le projet en un film de trois heures tourné avec sept caméra 35 mm... "The Last Waltz" est, aujourd’hui encore, considéré comme l’un des meilleurs films sur le rock. Le meilleur aux yeux de beaucoup.

Le Nouvel Hollywood

A la fin des années 60, une génération de jeunes furieux va faire trembler Hollywood et le système de production des studios sur ses bases. Coppola, Lucas, Scorsese, Nicholson, De Niro, Pacino… cette génération élevée au rock’n’roll et à la Nouvelle Vague introduit la notion d’auteur et de production indépendante sous le soleil californien. Ce livre raconte cette folle histoire qui finit mal, dans la pure tradition des films de ce « Nouvel Hollywood » assassiné – involontairement ? – par deux de ses rejetons, les gentils Lucas et Spielberg...

Vinyl

On ne sait pas grand chose de Vinyl, cette série sur les déboires d’un patron de label de rock à New York dans les années 70 si ce n’est que Mick Jagger et Martin Scorsese en sont les producteurs. Ce duo royal et la bande annonce qui tourne depuis quelques temps suffisent à nourrir tous les fantasmes. «" Sex and Drugs and Rock’n’Roll is all my brain and boby need "»...

Vinyl
CVS
Vinyl
Auteur: Scorsese, Martin (1942-....)
Edition: Warner Bros. Entertainment France S.a.s (prod.)
logo departement

Notre newsletter

MDDS - Médiathèque des Deux-Sèvres

298, Route de Coulonges

79000 Niort

Tél. : 05 49 26 28 20

 

28, rue des Epinettes

79100 Thouars

Tél : 05 49 66 09 60