Connexion

logomamediateque2

Médiathèque départementale des Deux-Sèvres

Inherent Vice

6 thèmes | 20 oeuvres
Les années soixante et la Californie fascinent toujours. Elles restent le symbole d'une liberté totale où tous les espoirs étaient permis, l'époque des grands slogans utopiques, des expériences sous acides, des grandes manifestations libératoires, des festivals pop. Et puis arrivent 1969, Charles Manson, Ronald Reagan, Nixon. La gueule de bois, le retour de bâton, la fin du rêve américain et le retour à la normalité. C'est ce point de bascule entre deux époques qui sert de toile de fond au film de Paul Thomas Anderson avec un Joaquin Phoenix au meilleur de sa forme.

A place in a sun

Les années soixante sans musique c'est un jour sans pain, Sam sans Dave, la chapelle sans Sixtine. Soul, rock, jazz... à Los Angeles, véritable centre névralgique du show buziness, les producteurs ont installé très tôt leurs radars pour repérer tout ce qui bouge, les nouvelles tendances et ceux qui, demain, se retrouveront en tête des charts. The place to be.

Waiting for the Sun

Los Angeles est un des épicentres de la musique pop mondiale, mais la façade ensoleillée du rêve californien cache un nombre inimaginable de drames en tout genre (drogues, trahisons...). C'est ce que raconte Barney Hoskyns dans ce portrait d'une ville et de sa scène musicale des années 1950 aux années 2000. Un formidable travail d'historien - journaliste - amateur de musique. Attention, le California Dreamin' en prend un coup sur la tête.

  Livre doc
Waiting for the sun
Auteur: Hoskyns, Barney (1959-....)
Edition: Allia
Collection: Musique

Les Fleurs

Les années soixante et soixante-dix sont des décennies bénies pour la soul music. Minnie Riperton, chanteuse très cool (c'est-à-dire plus influencée par Burt Bacharach que par James Brown), a notamment travaillé avec Stevie Wonder comme producteur. Le morceau "Les Fleurs" figure dans la BO d'"Inherent Vice".

Tago Mago

Sachant que le Krautrock peut être vu comme le psychédélisme allemand, il n'est pas étonnant de retrouver ce morceau de Can dans la BO d'Inherent Vice. Tago Mago est généralement considéré comme le chef-d'œuvre de ce groupe dont la liste des admirateurs (Brian Eno, John Lydon, David Bowie, The Fall, Talking Heads...) pourrait remplir les pages du Who's Who du rock.

Amnesiac

La musique originale d'"Inherent Vice" (tout comme celle de "There will be Blood" et de "The Master") est composée par Jonny Greenwood, guitariste touche à tout de Radiohead dont la formation classique et la curiosité musicale - grand connaisseur du reggae, il a également travaillé sur des musiques de Steve Reich - lui permettent de prendre des risques et d'enrichir ses musiques d'influences variées.

Au début était le verbe

Pour raconter les années soixante, il fallait une presse nouvelle et des plumes neuves. La free press ou le magazine Rolling Stone - qui fêtera ses 50 ans en 2017 - ont vu le jour à cette époque. De son côté, le cinéma a toujours puisé dans la littérature et engagé des écrivains qui, à leur tour, se sont emparé des mythes hollywoodiens pour nourrir leurs univers dans un jeu de va et vient passionnant.

Hunter S. Thompson, journaliste & hors-la-loi

Hunter S. Thompson est l'incarnation définitive du journaliste gonzo, celui qui écrit des reportages hallucinés à la première personne. Avec ses papiers sur les Hell's Angels, la campagne des présidentielles américaines de 1972 ou sur le marathon d'Honolulu, il devient le pape du journalisme à l'américaine. Après son suicide en 2005, quelqu'un a demandé à Jann Wenner, le fondateur de Rolling Stone, ce qui lui manquait le plus chez H.S. Thompson : « Tout ».

Le Cinéma infiltré

Moins connu que Hunter S. Thompson, son confère à Rolling Stone, Grover Lewis n'en reste pas moins l'un des fondateurs du nouveau journalisme, ce courant qui imposa la subjectivité et l'outrance comme vertus cardinales. Ses articles fleuves sur les tournages de films dans les années soixante-dix, en plein Nouvel Hollywood, ont fait naître plus d'une vocation. Philippe Garnier dit de lui que c'est sa plus grande référence.

Les Enquêtes de Philip Marlowe

Avec Philip Marlowe, Raymond Chandler a imposé la figure du détective privé cool. Avec lui, les intrigues passent au second plan et deviennent des prétextes pour explorer l'envers du décor d'une société où, en façade, tout semble aller parfaitement bien. Et bien sûr, avec le privé arrive la femme fatale. Rien que pour ça on devrait élever une statue à Raymond Chandler.

Vente à la Criée du Lot 49

Thomas Pynchon est un écrivain dont on ne sait pas grand chose et encore moins à quoi il ressemble. Ses romans fleuves, touffus, compliqués, souvent truffés de références scientifiques, vont, dès "V"., le premier, marquer les lettres contemporaines américaines. "Vente à la Criée du Lot 49", le deuxième roman de Pynchon, plonge dans les marges de la société américaine, celles que va explorer P. T. Anderson avec l'adaptation de Vice Caché ("Inherent Vice").

Cinéma Cinémas

Il ne faut pas confondre critique de films et journalisme. Dans le deuxième cas, la question de savoir si le film est bon ou pas n'a que très peu d'intérêt. En revanche, comprendre comment un réalisateur, un acteur ou la doublure d'une star a permis de répondre à une question de cinéma prend tout son sens dans des articles souvent longs comme des travellings le long d'une voie ferrée. Le journalisme a alors un goût de littérature.

Le Cinéma infiltré

Moins connu que Hunter S. Thompson, son confère à Rolling Stone, Grover Lewis n'en reste pas moins l'un des fondateurs du nouveau journalisme, ce courant qui imposa la subjectivité et l'outrance comme vertus cardinales. Ses articles fleuves sur les tournages de films dans les années soixante-dix, en plein Nouvel Hollywood, ont fait naître plus d'une vocation. Philippe Garnier dit de lui que c'est sa plus grande référence.

L'Oreille d'un Sourd

Philippe Garnier, c'est un peu onc' Phil, celui qui, dans les pages de Rock n' Folk et dans Libération, nous racontait des histoires de cinéma, d'acteurs de troisième plan et de groupes inconnus. On recevait chacun de ses (longs) articles comme autant de cartes postales de cet oncle d'Amérique niché à Los Angeles où l'on n'avait jamais mis les pieds. On peut prolonger la lecture de cette sélection d'articles en se plongeant dans ses reportages pour le magazine Cinéma Cinémas, le magazine de Claude Ventura.

Jayne Mansfield 1967

Jayne Mansfield est l'une des dernières stars du Hoolywood des temps anciens, souvent présentée comme la rivale de Marilyn, mais employée principalement pour la profondeur de son décolleté. Elle mourra dans un terrible accident de voiture en 1967. Le roman de Simon Liberati (prix Femina 2011) est une sorte d'autopsie de la mort de l'actrice-icône et par la même occasion de l'ambiance californienne tendance morbide sous LSD de l'époque. Comme pour compléter le tableau, Simon Liberati prépare un livre sur l'assassinat de Sharon Tate, point de bascule entre les sixties joyeuses et le terrible retour à la réalité.

Club Privé

Avec la création du détective Philip Malowe, Raymond Chandler a poussé Miss Marple à la retraite. La question du whodunit (qui l'a fait) n'est plus au centre du récit et le roman à énigme est remplacé par le roman noir avec lequel les lecteurs, guidés par la figure du privé sans illusion sur la nature humaine, découvrent les dessous d'une société où la réalité sociale explique bien des choses.

Inherent Vice

« Doc » Sportello (Joaquin Phoenix), détective privé hippie qui fume la marijuana comme nos grands-pères les Gauloises, est chargé par son ex (la femme fatale du film) de retrouver le nouvel amant de cette dernière, un richissime promoteur immobilier véreux mystérieusement disparu. Hells Angels tendance nazis, trafiquants vietnamiens, avocat spécialisé dans le droit maritime, agent du FBI hippiephobe, « tequilla zombie »... le film de P. T. Anderson, adapté du roman du même nom de Thomas Pynchon, est un grand délire truffé de références à Altman, Chandler et aux grandes figures américaines et délirantes des années soixante.

Inherent vice
CVS
Inherent vice
Auteur: Anderson, Paul Thomas (1970-....)
Edition: Esc Conseils & Distribution (prod.)

Le Privé

Cette adaptation du roman de Raymond Chandler The Long Goodbye, réalisée en 1973 par Robert Altman, est californienne à souhait et une des plus réussies que l'on ait vues au cinéma. L'action se déroule entre Los Angeles et le Mexique, et Elliott Gould ("M.A.S.H.") incarne un Philip Marlowe, désabusé et fatigué à souhait, embringué par son ex dans une histoire où il manquera plus d'une fois de laisser sa peau. Et tout ça à cause d'un chat au palais délicat !

Les Enquêtes de Philip Marlowe

Avec Philip Marlowe, Raymond Chandler a imposé la figure du détective privé cool. Avec lui, les intrigues passent au second plan et deviennent des prétextes pour explorer l'envers du décor d'une société où, en façade, tout semble aller parfaitement bien. Et bien sûr, avec le privé arrive la femme fatale. Rien que pour ça on devrait élever une statue à Raymond Chandler.

People are Strange

Hunter S. Thompson disait que, quand les temps deviennent bizarres, les bizarres deviennent pro. Sûr que l'homme savait de quoi il parlait. Dans le domaine de la bizarrerie, dans les années soixante, sous le soleil californien, les prétendants au titre suprême étaient nombreux, les drogues n'arrangeant rien à l'affaire ; cinéaste underground, détective hippie, journaliste alcoolique, guitariste psychopathe... le choix est large.

Inherent Vice

« Doc » Sportello (Joaquin Phoenix), détective privé hippie qui fume la marijuana comme nos grands-pères les Gauloises, est chargé par son ex (la femme fatale du film) de retrouver le nouvel amant de cette dernière, un richissime promoteur immobilier véreux mystérieusement disparu. Hells Angels tendance nazis, trafiquants vietnamiens, avocat spécialisé dans le droit maritime, agent du FBI hippiephobe, « tequilla zombie »... le film de P. T. Anderson, adapté du roman du même nom de Thomas Pynchon, est un grand délire truffé de références à Altman, Chandler et aux grandes figures américaines et délirantes des années soixante.

Inherent vice
CVS
Inherent vice
Auteur: Anderson, Paul Thomas (1970-....)
Edition: Esc Conseils & Distribution (prod.)

Hunter S. Thompson, journaliste & hors-la-loi

Hunter S. Thompson est l'incarnation définitive du journaliste gonzo, celui qui écrit des reportages hallucinés à la première personne. Avec ses papiers sur les Hell's Angels, la campagne des présidentielles américaines de 1972 ou sur le marathon d'Honolulu, il devient le pape du journalisme à l'américaine. Après son suicide en 2005, quelqu'un a demandé à Jann Wenner, le fondateur de Rolling Stone, ce qui lui manquait le plus chez H.S. Thompson : « Tout ».

Magick Lantern Cycle

Kenneth Anger est un des réalisateurs dont l'œuvre marginale n'est composée que de courts métrages, des films expérimentaux et barrés, chamaniques et psychédéliques, notamment "Invocation to my Demon Brother" ou "Lucifer Rising", tous réunis dans un seul coffret. Pour en rajouter dans le bizarre (c'est l'une des grandes références de David Lynch), il faut noter que Kenneth Anger avait des liens avec les membres de la Manson Family, mais également avec Mick Jagger ou Jimmy Page...

Sex and drugs and drugs

David Crosby (Crosby, Still, Nash and Young) a dit un jour qu'il ne se rappelait pas avoir joué une seule note de musique sans être « stoned ». Si les drogues et leur consommation à haute dose ne datent pas des années soixante, à cette époque, portée par le vent de liberté qui soufflait alors sous le doux soleil californien, les choses allaient prendre une tournure quasi industrielle. La création n'en est d'ailleurs pas toujours sortie la tête haute.

Inherent Vice

« Doc » Sportello (Joaquin Phoenix), détective privé hippie qui fume la marijuana comme nos grands-pères les Gauloises, est chargé par son ex (la femme fatale du film) de retrouver le nouvel amant de cette dernière, un richissime promoteur immobilier véreux mystérieusement disparu. Hells Angels tendance nazis, trafiquants vietnamiens, avocat spécialisé dans le droit maritime, agent du FBI hippiephobe, « tequilla zombie »... le film de P. T. Anderson, adapté du roman du même nom de Thomas Pynchon, est un grand délire truffé de références à Altman, Chandler et aux grandes figures américaines et délirantes des années soixante.

Inherent vice
CVS
Inherent vice
Auteur: Anderson, Paul Thomas (1970-....)
Edition: Esc Conseils & Distribution (prod.)

Boogie Nights

Distribution trois étoiles (Mark Wahlberg, Julianne Moore, Philip Seymour Hoffman, Don Cheadle) pour le premier long métrage de P. T. Anderson distribué en France ( "Hard Eight" n'ayant pas été distribué sur nos écrans) sur l'industrie du porno dans les années 70. Certains ont comparé le film de P. T. Anderson au "M.A.S.H." de Robert Altmann.

Acid Test

Quelqu'un a dit un jour que celui qui pouvait raconter les années soixante-dix ne les avait pas vécues. En fait, l'expérimentation à haute dose des drogues commence dès les années soixante. "Acid Test", c'est l'histoire du bus conduit par Ken Kesey (l'auteur de "Vol au-dessus d'un Nid de Coucous") et de la bande d'activistes des Merry Pranksters, véritables représentants en LSD et marijuana à travers les États Unis en 1964. Stupéfiant...

logo departement

Notre newsletter

MDDS - Médiathèque des Deux-Sèvres

298, Route de Coulonges

79000 Niort

Tél. : 05 49 26 28 20

 

28, rue des Epinettes

79100 Thouars

Tél : 05 49 66 09 60