Connexion

logomamediateque2

Médiathèque départementale des Deux-Sèvres

Jean Hubert Martin

5 thèmes | 18 oeuvres
Dans la vitrine du salon de Jean-Hubert Martin, il y a deux figurines en céramique, des caganers catalans représentant Dali. Cette découverte montre que cet historien de l’art, l’un des plus célèbres commissaires d’exposition en France, aime bousculer les habitudes. Dans "Carambolages" actuellement au Grand Palais, 184 œuvres d’art du monde entier « se donnent la main ». Jean-Hubert Martin considère cette exposition comme son manifeste, il estime avoir l’âge idéal pour prendre des risques. À cette occasion, voici un parcours pour suivre les sillons de son inspiration.

Catalogue

Toute expo a son catalogue. Celui de "Carambolages" en accordéon est très original, comme celui du "Mur" à la Maison Rouge. Amateurs de sensations fortes, ouvrez celui des "Maîtres du désordre". Ces trois catalogues furent rédigés pendant la préparation de chaque exposition. "Magiciens de la terre" est un catalogue après-coup, qui d’une certaine manière représente une réflexion sur le temps du catalogue : ce type de travail réalisé toujours trop vite, devient beaucoup plus intéressant, s’il est fait plus lentement. À méditer.

Carambolages, catalogue de l’exposition

« J’en ai marre, marabout, bout de ficelle... » est l’un des titres auxquels on a échappé pour l’exposition "Carambolages" au Grand Palais. Ce jeu reflète l’esprit espiègle qui a guidé sa conception où un élément de chaque œuvre annonce l’autre, sans aucune hiérarchie a priori. Pour faciliter cette fluidité de regard des unes aux autres, aucune n’est annoncée par son cartel (les informations se trouvent sur des petits écrans vidéo situés à proximité). Jean-Hubert Martin considère cette exposition comme son manifeste. Bienvenue dans la grande aventure du regard !

Soulèvements : Jean-Jacques Lebel

Jean-Hubert Martin admire Jean-Jacques Lebel dont l’exposition "Soulèvements" organisée en 2009 par Jean de Loisy dit la folie créatrice. Jean de Loisy est l’actuel directeur du Centre d’art contemporain au Palais de Tokyo. Un titre qui n’empêche pas cet homme discret de flairer l’art à l’état sauvage, Jean-Jacques Lebel imite le cri du lion de la Metro Goldwyn Meyer. Conseil : mettez un lion dans votre commissaire !

Les Maîtres du désordre

« "Cette exposition, grâce à la juxtaposition d’objets chamaniques et d’œuvres contemporaines, montrait combien sont actuelles les interrogations sur la pensée sauvage, le rôle du sacré, la lutte contre le mal, la possession et l'exorcisme, les rituels chamaniques et l’assimilation à la vie animale." » dit Jean-Hubert Martin du travail du commissaire Jean de Loisy qui lui importe beaucoup.

Magiciens de la terre, retour sur une exposition légendaire

« "Un catalogue d’exposition contemporain est toujours fait dans des délais trop courts et souvent vite épuisé" » dit Jean-Hubert Martin qui recommande cet ouvrage, édité à l’occasion des 25 ans de "Magiciens de la terre". Il est composé de 410 photographies inédites et de témoignages des artistes exposés ; il témoigne de ce qu'a été visuellement cette exposition en 1989. Largement commentée – en bien comme en mal - dans le monde entier, elle a représenté un tournant dans l'histoire de l'art. Annie-Cohen Solal qui a dirigé cet ouvrage collectif, résume en une phrase la situation en 1989 : « "Jean-Hubert Martin a mis une culture invisible sur scène" ».

Collections

L’atelier d’André Breton révèle l’esprit d’un collectionneur poète ; tous les authentiques collectionneurs ne le sont-ils pas ? L’aventure du Château d’Oiron a été l’occasion de se poser les bonnes questions pour monter une collection d’art contemporain dans un lieu qui ne s’y prêtait pas a priori. Thierry Dufrêne crée des correspondances entre des œuvres des collections permanentes de trois grands musées ; il mérite nos applaudissements.

André Breton

L’atelier d’André Breton fascine Jean-Hubert Martin très sensible à l’absence de hiérarchie qui y règne entre les objets ou œuvres d’art, fil rouge de tout son travail de commissaire d’exposition. Pour voir cet atelier, il y a deux solutions : aller à Beaubourg ce qui n’est jamais une perte de temps ou se procurer le DVD de Fabrice Maze. Le regard porté sur l’atmosphère de ce lieu mythique fait de ce film un objet surréaliste en soi ; la photo de la pochette du DVD est une merveille.

Le Mur : œuvres de la collection Antoine de Galbert

« "Il m’a fauché l’idée" » plaisante Jean-Hubert Martin à propos de ce livre en forme d’accordéon constitué de photos des murs de la Maison Rouge pour présenter la collection d’Antoine de Galbert. La Maison Rouge est un lieu d’exposition d’art contemporain, ouvert en 2000, boulevard de la Bastille. Le catalogue de l’exposition "Carambolages" a aussi la forme d’un accordéon. Les deux amis croient à la vertu de l’absence de hiérarchie entre les œuvres dans les musées.

Le Château d’Oiron et son cabinet de curiosités

Un cabinet de curiosités contemporaines est abrité depuis les années 1990 dans le Château d’Oiron situé dans les Deux-Sèvres, construit au XVIe siècle par le seigneur Gouffier, gouverneur de François 1er. Pourquoi ? La relecture de la devise de la famille Gouffier donne la clef : « hic terminus haeret », traduite par « ici est la fin » est devenue « ici est le défenseur des arts » ; Terminus est le dieu latin des limites, des bornes, des champs, donc des œuvres humaines. Jean-Hubert Martin a ouvert des champs entiers d’exploration poétique.

  Livre doc
Oiron
Auteur: Martin, Jean-Hubert (1944-....)
Edition: Patrimoine

Esprit ouvert

Un bon chercheur a plus d’intuitions que d’a priori. Jean-Hubert Martin fait partie de cette catégorie dans son domaine : les aventures du Château d’Oiron le démontrent magnifiquement. Le travail d’ouverture de Pierre Bayard, dans la littérature, propose de provoquer des erreurs et de voir ce qu’elles déclenchent dans la perception du lecteur. L’esprit ouvert de Jean-Hubert Martin est dans "L’Art au large" qui montre que son travail consiste à voir large.

Le Plagiat par anticipation

"Le Plagiat par anticipation", le livre de Pierre Bayard a beaucoup compté dans l’élaboration de l’exposition selon Jean-Hubert Martin. Pierre Bayard est un brillant essayiste, professeur de littérature, psychanalyste ; ses titres provocateurs – dont le fameux "Comment parler des livres qu’on n’a pas lus ?" – cachent des réflexions qui dépassent la farce. « Le plagiat par anticipation » est une formule que Pierre Bayard a empruntée à François Le Lionnais, mathématicien, co-fondateur de l’Oulipo, l’Ouvroir de Littérature Potentielle.

L’Art au large

« "À Laure, alors, à l’or des corps" » la dédicace de "L’Art au large" en dit long sur l’ouverture de son auteur aux assonances. Regarder différemment les mêmes œuvres, procède de la même ouverture d’esprit. Jean-Hubert Martin considère ce livre comme une justification de son travail dans les expositions qu’il monte : "Carambolages, Une image peut en cacher une autre, Magiciens de la terre, Dali, etc."

Le Château d’Oiron et son cabinet de curiosités

Un cabinet de curiosités contemporaines est abrité depuis les années 1990 dans le Château d’Oiron situé dans les Deux-Sèvres, construit au XVIe siècle par le seigneur Gouffier, gouverneur de François 1er. Pourquoi ? La relecture de la devise de la famille Gouffier donne la clef : « hic terminus haeret », traduite par « ici est la fin » est devenue « ici est le défenseur des arts » ; Terminus est le dieu latin des limites, des bornes, des champs, donc des œuvres humaines. Jean-Hubert Martin a ouvert des champs entiers d’exploration poétique.

  Livre doc
Oiron
Auteur: Martin, Jean-Hubert (1944-....)
Edition: Patrimoine

La Grande Galerie des sculptures

Musée du Louvre, musée d’Orsay, Centre Pompidou/ MNAM. L’idée ici est de faire dialoguer des œuvres ; elles appartiennent à trois musées parisiens : Louvre, Orsay, Centre Pompidou / MNAM. Prenons un exemple : pages 96-97 Etreinte ; "Satyre et Bacchante" de Pradier (Louvre), une œuvre « chaude », est mise en regard de Désir d’Aristide Maillol (Orsay), une œuvre désirable, et de "Boule suspendue" de Alberto Giacometti (Centre Pompidou/MNAM), une œuvre très excitante quoi qu’abstraite. "Boule suspendue" faisait partie de l’atelier d’André Breton qui inspire profondément Jean-Hubert Martin. La boucle est bouclée.

Humour

C’est sans doute l’une des clefs du personnage, il ne se prend pas au sérieux. Il parle d’Alphonse Allais ; il montre "Warai", un catalogue d’exposition – malheureusement épuisé - sur l’humour dans l’art japonais de la préhistoire au XIXe siècle, dans lequel il y a p.56 "Le rouleau de la bataille des pets". Avec un budget supérieur pour "Carambolages", il l’aurait fait venir du Japon. Quant à l’extravagance comique de Jean-Jacques Lebel, comment passer à côté ?

Carambolages, catalogue de l’exposition

« J’en ai marre, marabout, bout de ficelle... » est l’un des titres auxquels on a échappé pour l’exposition "Carambolages" au Grand Palais. Ce jeu reflète l’esprit espiègle qui a guidé sa conception où un élément de chaque œuvre annonce l’autre, sans aucune hiérarchie a priori. Pour faciliter cette fluidité de regard des unes aux autres, aucune n’est annoncée par son cartel (les informations se trouvent sur des petits écrans vidéo situés à proximité). Jean-Hubert Martin considère cette exposition comme son manifeste. Bienvenue dans la grande aventure du regard !

Soulèvements : Jean-Jacques Lebel

Jean-Hubert Martin admire Jean-Jacques Lebel dont l’exposition "Soulèvements" organisée en 2009 par Jean de Loisy dit la folie créatrice. Jean de Loisy est l’actuel directeur du Centre d’art contemporain au Palais de Tokyo. Un titre qui n’empêche pas cet homme discret de flairer l’art à l’état sauvage, Jean-Jacques Lebel imite le cri du lion de la Metro Goldwyn Meyer. Conseil : mettez un lion dans votre commissaire !

Œuvres anthumes

Les œuvres anthumes d’Alphonse Allais font rire Jean-Hubert Martin dont l’œil se plisse lorsqu’il insiste sur « anthumes ». Ce volume de la collection Bouquins rassemble des recueils de chroniques À se tordre, Deux et deux font cinq, etc, parus dans des journaux satiriques, "L’Hydropathe", "L’Anti-concierge", etc, ou dans des grands quotidiens, "Le Journal", "Gil Blas". Alphonse Allais y pourfend les idées reçues. Tout comme Jean-Hubert Martin.

Manifeste

Jean-Hubert Martin considère "Carambolages" comme son manifeste. Dans le domaine de l’art, manifeste renvoie à Surréalisme ; bingo, l’atelier d’André Breton fascine Jean-Hubert Martin. "Le Détail" de Daniel Arasse est le manifeste de celui qui fut le critique d’art le plus original, qui a toujours incité son prochain à regarder. Regarder à égalité l’art de tous les continents fut le sujet de l’exposition "Magiciens de la terre". Sacré manifeste !

Carambolages, catalogue de l’exposition

« J’en ai marre, marabout, bout de ficelle... » est l’un des titres auxquels on a échappé pour l’exposition "Carambolages" au Grand Palais. Ce jeu reflète l’esprit espiègle qui a guidé sa conception où un élément de chaque œuvre annonce l’autre, sans aucune hiérarchie a priori. Pour faciliter cette fluidité de regard des unes aux autres, aucune n’est annoncée par son cartel (les informations se trouvent sur des petits écrans vidéo situés à proximité). Jean-Hubert Martin considère cette exposition comme son manifeste. Bienvenue dans la grande aventure du regard !

André Breton

L’atelier d’André Breton fascine Jean-Hubert Martin très sensible à l’absence de hiérarchie qui y règne entre les objets ou œuvres d’art, fil rouge de tout son travail de commissaire d’exposition. Pour voir cet atelier, il y a deux solutions : aller à Beaubourg ce qui n’est jamais une perte de temps ou se procurer le DVD de Fabrice Maze. Le regard porté sur l’atmosphère de ce lieu mythique fait de ce film un objet surréaliste en soi ; la photo de la pochette du DVD est une merveille.

Le Détail : pour une histoire rapprochée de la peinture

Jean-Hubert Martin a beaucoup d’estime pour feu le critique d’art Daniel Arasse dont le livre "Le Détail" montre que c’est souvent, sinon toujours, un détail isolé qui donne la clef de l’œuvre. Le sous-titre du livre "Pour une histoire rapprochée de la peinture" s’oppose à une autre histoire (de l’art) qui considère la peinture dans son ensemble. Il y a fort à parier que l’exposition Carambolages, aurait plu à Daniel Arasse.

Magiciens de la terre, retour sur une exposition légendaire

« "Un catalogue d’exposition contemporain est toujours fait dans des délais trop courts et souvent vite épuisé" » dit Jean-Hubert Martin qui recommande cet ouvrage, édité à l’occasion des 25 ans de "Magiciens de la terre". Il est composé de 410 photographies inédites et de témoignages des artistes exposés ; il témoigne de ce qu'a été visuellement cette exposition en 1989. Largement commentée – en bien comme en mal - dans le monde entier, elle a représenté un tournant dans l'histoire de l'art. Annie-Cohen Solal qui a dirigé cet ouvrage collectif, résume en une phrase la situation en 1989 : « "Jean-Hubert Martin a mis une culture invisible sur scène" ».

logo departement

Notre newsletter

MDDS - Médiathèque des Deux-Sèvres

298, Route de Coulonges

79000 Niort

Tél. : 05 49 26 28 20

 

28, rue des Epinettes

79100 Thouars

Tél : 05 49 66 09 60